Autres images de la série :

Au 133 rue de Tourcoing – I
Au 133 rue de Tourcoing – II
Au 133 rue de Tourcoing – III
Au 133 rue de Tourcoing – IV




Olmar

Photographe amateur.
11 Commentaires
  1. J’aime particulièrement cette série.
    Tout dénote d’un vrai regard, d’une belle proposition photographique, qui cherche à sonder l’essence de ce lieu assez unique.

  2. J’aime bien celle-ci, principalement car les 2 photos sont directement en lien. De plus, “beau contraste” entre la présence/absence humaine.

  3. Je suis d’accord avec Cormac et Ben mais si l’ensemble est intéressant, je trouve ces deux photos moins finies que sur d’autres de la série.

  4. Celle de gauche suffirait à mon bonheur.
    L’assombrissement des bords met bien en valeur les mains et les cartes comme les choix de profondeur de champ et de vitesse.

  5. Ah celle ci est une de mes préférées avec la une;-)
    Très bon traitement N&B
    a+

  6. Idem Hervé pour le volet gauche.
    C’est embêtant, il faudrait aussi pouvoir les voir une à une !
    😉

  7. J’aime encore l’ensemble, ce valet de trèfle qui tremble comme une feuille, ces mains concentrées et, après la disparition des hommes, à droite, ce petit paquet de cartes et ce carnet pour marquer les point d’une belote coinchée, abandonnés, traces éphémères de ce qui a eu lieu.

  8. Les sujets sont pittoresques, les images intéressantes. Mais je ne suis pas fan de cette juxtaposition de 2 images. A mon sens c’est même plutôt comme un constat d’échec: ce qu’on n’arrive pas à dire avec une image suffisamment forte pour ça, on le compense par la juxtaposition de 2 photos. Il me semble que, vu ta sensibilité envers ces personnages, le jour où tu arriveras à faire les photos qui racontent tout en une seule image, tu obtiendras quelque chose de grand. Encore un effort !

  9. Merci pour ces retours variés et contrastés.

    C’est vrai que l’image de gauche pourrait se suffire à elle-même. Quand j’ai opté pour une présentation en diptyque pour rendre compte de ce lieu, je me suis confronté à la grande difficulté de cet exercice et notamment sur le fait qu’elles ne doivent pas se nuire l’une l’autre par leur présence. C’est en partie pour cette considération que j’ai souvent choisi d’accoler une image “pleine” avec une autre de contexte.

    Après je peux me tromper, et je n’ai peut-être pas encore assez de recul sur l’ensemble de ce travail, mais il me semble que la construction en diptyque affirme le discours, donne un tempo (le revers de la médaille étant que l’ensemble est plus dirigiste).

    Le bien fondé de la démarche en diptyque est effectivement une question cruciale. Si pour finir je ne conserve pas les diptyques, pour partir sur une série de photos seules, vous m’aurez amené à bien y réfléchir et je vous en remercie.

    ps : c’est bientôt fini, encore deux diptyques et puis s’en vont…

  10. Dans ce diptyque je trouve qu’il y a redondance. Celle de droite n’apportant rien à celle de gauche car elle ne fait que confirmer une “présence” par le tapis de jeu toujours sur la table …. alors qu’une table vierge aurait amené à “présence-absence” et créé une “profondeur” de réflexion. Non ? 😉

    Sur celle de gauche je trouve qu’il y a trop de vignettage qui force le “message”, pour moi çà ne sert à rien.
    Petite “pétouille” sur le bord haut.

    Malgré ces remarques, je confirme que l’idée de ces diptyque sur/autour de ce lieu me plaît beaucoup

  11. @ Bernard : Merci de ces retours construits. Je corrigerai sans doute ce vignettage effectivement très marqué.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.