Gorges du Dades~Maroc




pictaris

Urbaniste, photographe, webmaster...infirmière, militante, enseignante, voyageurs tous les deux, aussi et encore, même si maintenant nous avons ajouté des roulettes à nos sac à dos. Jamais vraiment revenus de notre premier voyage au Maroc et depuis, toujours en connexion avec les berbères de l'atlas, notre deuxième famille.
10 Commentaires
  1. Dans la lignée des précédentes publications…de la qualité, le contraste parfait…J’adore!

  2. La photo est belle.
    Toujours de superbes photos et de beaux portraits, émouvants, “intelligents” et bien développés.

    Là, je suis surpris, je sais pas ce qui est le plus important, de ce bel amas de pierres et de racines ou de ce regard du gamin, sympathique, fixant intensément la lentille de l’objectif pour être sûr de bien “rentrer” dans l’appareil, mais a-t-il conscience de faire partie de la photo ?

    Ce qui surprend bien sûr ici, c’est la place que tu lui as laissée. Pour nous montrer son territoire, ses racines ?

    J’aimerais bien connaître l’histoire de cette photo 😉

  3. Bernard

    Je marche dans les gorges au delà du village. Je me dirige vers une source qui coulait autrefois sans discontinuer dans ce paysage aride. Ce n’est plus autant le cas aujourd’hui. A l’époque les villageois tous les ans organisaient une grande fête autour de cette source pour honorer les jnouns. Les jnouns chez les berbères se sont les esprits de la nature qui peuvent apporter le bien mais parfois diriger leur colère sur les hommes. Chacun de nous est toujours entouré de ses propres jnouns qui regardent par dessus son épaule. C’est sûr, la preuve : parfois tu rencontres quelqu’un pour la première fois et tu ne sais pas pourquoi tu ressens à son encontre une antipathie instinctive. Ce sont tes jnouns et les siens qui se disputent et ne se supportent pas. Maintenant les jnouns sont beaucoup plus solitaires qu’autrefois et peut-être est-ce pour ça que le monde va plus mal.
    A l’endroit de la source j’ai rencontré cet enfant et l’un de ses amis. Des bergers ou des paysans revenant d’un lopin de terre. Il a posé appuyé sur une pierre. J’ai fait cette photo. C’est peut-être lui-même un esprit…
    Une autre histoire sur les jnouns que l’on m’a racontée et qui s’est passée dans le village. Elle est vrai, juré craché. 😉

  4. Excellent !!
    Merci pour ton explication.
    Je ne pouvais imaginer une telle histoire ! 😉
    Très poétique comme explication des maux ou des luttes entre les uns et les autres.
    Donc aujourd’hui il n’y a plus de fête ?

    Les jnouns sont capables de s’aimer et c’est pour cela que tu es marié ? 😉

    Çà me rappelle les “sorcières” ou les “esprits” de nos campagnes, les gousses d’ail, etc.

    PS. J’insiste côté photographe : pourquoi l’as-tu cadré tel que ? Il semblair avoir un bon jnoun.
    Instinctif ou geste pensé ?

  5. Non plus de fêtes. Dommage.
    Oui, c’est la même chose. Les berbères ont été animistes, puis chrétiens avant d’être islamisés par les arabes. C’est la même chose pour nous sauf qu’on s’est arrêté au christianisme qui a lui aussi récupéré les esprits païens de la nature dans la multitude de fontaines miraculeuses par exemple.
    J’aime bien décadrer les images. Là j’avais envie de voir la terre, les cailloux, les racines qui sont tellement importants dans la vie au quotidien et le gamin dans un coin qui vit quand même au milieu de cette nature par certains côtés inhospitalière et paradisiaque aussi dès qu’il y a de l’eau. J’avais envie de rendre cette tension, mais je ne réfléchis pas tant que ça sur l’instant.
    Et lui il a posé sa main sur la tête, ce que j’aime bien. 🙂

  6. superbement décadré justement.
    Je vois un mimétisme entre l’enfant et cet environnement de racines et de pierres: le teint de sa peau (peut-être un chouilla trop visiblement éclairci?) répond a la blancheur des pierres, les feuilles répondent aux doigts, les racines au bras … mais la vivacité du regard, le geste l’en distingue… pas figé, bien en vie… J’aime aussi l’ambivalence de cette main sur la tête, et ne pas comprendre d’emblée ce qu’elle exprime, avoir à me le demander…
    j’aime beaucoup cette photo… et le “bonus” des commentaires. merci 😉

  7. J’aime beaucoup et particulièrement le cadrage décalé bien vu.
    Cela dit je la verrais bien un peu plus dense et moins contrastée dans les tons moyens pour plus de chaleur.
    Merci pour la “petite histoire” ! 😉

  8. Belle densité pour moi et “décadrage” judicieux…

  9. belle idée de donner la priorité à la terre sur laquelle ils vivent .. toujours des portraits superbes, Pictaris 😉

  10. Bien joli portrait avec un petit quelque chose de pathétique…

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.