Tristan.

Photographe amateur, amateur de photographie. Surtout attiré par la prise de vue, le regard. Attrait particulier pour le N&B. A suivre sur Flickr, Facebook ou Twitter (ouh là, ça fait beaucoup).
12 Commentaires
  1. Quel beau mouvement de bras! Il aurait mérité d’être mieux mis en valeur. Les autres danseurs ne sont pas à la hauteur de celui du premier plan. Il n’est pas facile de photographier le mouvement de plusieurs danseurs. Un peu d’exigence ne serait pas superflue Tristan!
    🙂

  2. Brigitte…….

  3. On ne va pas comparer un bébé cloué au sol et 5 danseurs mobiles !?! Il faut rester raisonnable…

  4. Evidemment que si, on va comparer. Chaque photo se doit de répondre à des exigences de cadrage .
    Le bébé n’était justement pas cloué au sol. C’est même très mobile un bébé. Et ce qui m’intéresse dans cette photo c’est ce moment de suspens, d’interrogation sur la nature de l’objet qu’elle tient dans sa main.
    On supporte d’un photographe qu’il fasse le point sur le sujet principal et qu’il floute le fond , qu’il décide que le fond n’a aucune importance. Moi je décide qu’effectivement le fond n’a pas d’importance. D’ailleurs, j’ai recadré autour du bébé. J’insiste sur le moment .
    Par rapport à la danse. Dans une scène de danse , on repère très vite le danseur ou la danseuse qui danse réellement. Les autres exécutent. Lui ou elle danse. Tout le problème est de l’isoler si on veut photographier. On voit bien que les 3 autres danseurs parasitent ce très beau mouvement.
    On pourrait par ailleurs vous reprocher d’avoir coupé tous les pieds. Sacrilège par rapport à la danse. Et d’avoir saisi davantage la maladresse des autres danseurs que la perfection du mouvement du danseur du premier plan.
    Ceci n’est donc pas à mon avis une bonne photo de danse.
    :-))

  5. Pas si simple. Je maintiens que ce n’est pas comparable ! Bébé est mobile, mais il est limité et seul. Il y a matière à faire mieux, avec le même sujet. Il faut juste le vouloir…
    Rien à voir avec la mobilité de 5 danseurs (il n’y en a que 4 sur le photo, mais ils étaient 5).
    Que ma photo coupent les pieds (je travaille en focale fixe => pas de zoom), je pense que ce n’est pas la question. Et je n’ai pas recadré.

    L’instant, le moment, c’est bien ça le point clé !
    Vous croyez que Doisneau, Cartier-Bresson ou Willy Ronis par exemple utilisaient de tels arguments ?
    Mon propos n’est pas de se comparer à eux, mais de tendre vers une exigence comparable, du mieux que l’on peut…

    Après, chacun fait ce qu’il veut… 😉

  6. Tristan… On m’a déjà dit ici que quand je n’avais pas exactement ce que je voulais dans l’objectif je n’étais pas obligée d’appuyer sur le déclencheur. On ne vous a pas dit la même chose?Mais vous avez sans doute appuyé au moment décisif. Et là …
    cf. Curieux d’avoir besoin de faire appel à d’aussi illustres photographes pour étoffer vos propos.
    Il n’y a qu’une question. Votre photo est-elle réussie, oui ou non? Un peu d’autocritique avant de critiquer les photos des autres ne nuit pas.

  7. Mon propos ne concerne que la recherche d’un cadre, y compris dans la photo dite instantanée (et pas de comparer nos 2 photos). Je ne vois rien d’absurde à prendre ces photographes en référence !
    Mais restons-en là. Ne changez rien.

  8. Quoi qu’il en soit, le corps du danseur est bien mis en valeur par la la lumière et le traitement très contrasté.

  9. L’intérêt de cette image, et son point fort, est certainement le mouvement des bras du danseur. Le seul point faible que je trouverais est le manque de contraste sur le bras gauche. Mais le geste est beau, apaisant, prolongé et fermé par l’ovale formé avec les autres personnages. Il n’en faut pas plus. Et si les autres danseurs semblent plus confus, c’est peut-être aussi parce qu’ils attendent le geste proposé qui va les réunir (figure de style fréquente dans la danse).
    Je ne vois pas pourquoi il y a une comparaison avec la photo de Brigitte qui ne dit rien de semblable, ni sur le fond, ni dans la forme.

  10. @Jean : d’accord avec ton analyse. Concernant le bras gauche (et surtout la main), il est dans l’ombre. Techniquement, je pense qu’il est possible d’y remédier. Mais je ne suis pas très adepte d’un tel niveau de réglage (à tort ou à raison).

  11. A raison ! Le “mieux” est l’ennemi du “bien” ! 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.