Ligne 7, octobre 2011




Sylvain Lenfle

Maître de conférences dans la vraie vie. Photographe amateur depuis 10 ans. Adepte de la tri-X et du 50mm.
10 Commentaires
  1. J’ai souvent pensé à ce genre de photo… montrer au-delà de ce que l’on voit, ce que l’on ressent “encerclé” par toutes ces mains, ces sacs, ces ventres, ces fesses, à hauteur des yeux.
    Ici, pour moi le problème c’est qu’il n’y a aucun point net, de fait aucun point vraiment fort.

  2. Merci bernard. Personellement l’absence de point net ne me gène pas, au contraire, elle traduit l’ambiance embrumée d’un matin dans la métro. Comme tu le dis c’est la sensation qui compte et le flou en fait partie. Pour moi c’est le visage de la femme qui sert de point d’appui. Mais c’est trés subjectif.
    En plus sur un plan purement technique pour prendre ce type de photo il faut être plus que discret pour ne pas finir lynché (à 8h du mat, ce serait dommage pour commencer la journée !). Là j’utilise un compact Olympus Mju II à focale fixe 35mm chargé en Tri-X et je déclenche sans forcément viser. Aucune maitrise de la mise au point de toute façon.

  3. J’avais bien évidemment remarqué le seul visage de la photo, mais pour moi, comme déjà dit ce qui est le plus marquant ce sont toutes ces mains, propres, sales, manucurées, nerveuses, posées, qui sont à “portée” de nos yeux et qui nous offrent un grand spectacle de marionnette… Je cherche à faire une série de ce fait qui pourrait s’intituler “Faire des pieds et des mains” ….

    Pour faire des photos, pas vraiment de problème dans mon cas, puisque les visages ne m’intéressent pas vraiment.
    Pour le jeu de mains, et la mise au point, voir la photo d’Yvap de ce jour :
    https://www.lavieengris.com/?p=32556

  4. S’il est un endroit où les attitudes sont changeantes et les points de vue sur celles-ci pratiquement innombrables, c’est bien le transport en public !
    Le léger flou de l’image proposée ici me paraît faire gagner la scène en humanité, parce qu’il ne privilégie aucun point particulier dans l’image (à la différence du N/B en lien, ni n’impose la brutalité de la couleur et du net sur toute la surface, comme celle du second lien proposé).

    Une chaîne de mains conduit en douceur à la main posée sur le visage de la femme centrale. Le cadre n’est pas exceptionnel mais compte tenu des impératifs de sécurité personnelle pour une prise de vue de ce type, c’est plutôt un résultat satisfaisant.

    Pas de quoi tomber du quai non plus !
    😉

  5. Les photos exposées à Arles de cet été, prises par Chris Marker dans le métro, mettent la barre assez haut ! Ici, c’est quand même pris à la sauvette, et assez confus…

  6. Merci à tous pour vos commentaires.

    @ blagapart : l’expo C. Marker m’avait laissé totalement de marbre. J’étais sorti en me disant en gros “si on enlève le nom du photographe, ça vaut pas un clou”. Maintenant 1) j’ai beaucoup de respect pour C. Marker (“Level 5”, magnifique), 2) ça veut surtout pas dire que j’ai fait mieux !! C’est effectivement pris à la sauvette mais je trouve pas ça si “confus” que ça. Je suis assez d’accord avec le point de vue d’alain-michel.

  7. @ Sylvain
    …”la brutalité de la couleur et du net sur toute la surface, comme celle du second lien proposé”…

    C’était juste pour te montrer mon “point de vue”, pas pour te montrer la technique, la couleur et la netteté que j’aurais attendu de ta photo.

    … pas si confus… donc il n’y a rien à rajouter pour moi 😉

  8. Pour la “lisibilité” des valeurs de gris, le test bien connu de l’examen de la photo retournée donne qqs indications. Ici, rien n’arrive à structurer, à mon avis ! Mais on ne peut pas discuter la subjectivité… (d’ailleurs level 5 n’est pas ma tasse de thé dans l’oeuvre de C.M.). Le plaisir de LVEG est de se confronter avec des gens de bonne foi et expérimentés qui ont un point de vue différent du sien !

  9. @ blagapart : entièrement d’accord. Vive LVEG !!

    Et merci encore à tous

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.