Je termine cette série par des éclats de rires. La victoire, la joie de ces enfants qui touchent au but. Les jeunes indiens jouent au cricket comme nous autres européens jouons au football dans la rue. Le cricket est le sport national en Inde. Le soir, ils se retrouvent entre amis, une batte, une balle et un terrain improvisé, la rue, le jeu. Ils sont partout. C’est un sport qui en fait rêver plus d’un. C’est un état d’esprit, un jeu d’équipe qui agit sur la société, qui mêle la population, et quelle population!…

Je ne souhaite pas m’étendre sur mon silence. Je crois y avoir déjà répondu. Je ne souhaite pas non plus argumenter les gris de mes photographies. Je veux juste ajouter que j’ai pensé cette série comme un reportage. Pour certains l’Inde se résume à un pays de misère où règne la saleté à chaque coin de rue, lorsque l’on connait ce pays, qu’on le parcourt, le voyage, le traverse, on ne peut pas faire abstraction de ces images. L’Inde est une nation où les gens vivent plus qu’ils ne meurent, où les enfants savent aussi s’amuser. Ces images font l’Inde, elles sont l’Inde. C’est vrai qu’il y a comme une impression de guerre parfois, je me réfère au commentaire de Pascal Georges qui pense à l’Intifada. Or, ce pays est en paix, la guerre est loin, l’insouciance est de mise et le cricket agit sur les consciences comme un défouloir. Ce pays est en mouvement et ce sont les jeunes qui le font s’élever. Le cricket m’y fait penser chaque jour.

Merci encore pour vos nombreux commentaires, pour les soutiens, les agacements, pour vos remarques sur mon travail, ils sont la preuve que ce blog est vivant et je continuerai de l’alimenter de mes photographies qui expriment définitivement mieux mes impressions que ne pourraient le faire mes écris à présent.




2 Commentaires
  1. des électrons libres…
    good eye contact anyway!

  2. Là, ça bouge, ça fait plaisir à voir. On retrouve des émotions de la grande photo humaniste, bref : bravo !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.