.
Conservatoire d’Evry, Juin 2010.

Je préfère celle-ci à la précédente … et vous ?




Yvap

Musicien, barbu grisonnant, ça s'impose ici ! 😉 Parisien, me remet à la photo après 30 ans de pause. Pour les fanas de technique : Argentique Minolta SRT-101, XGM. X300s, actuellement XD7 et XD5. 21, 28, 35, 58, 100, 200 mm. Actuellement 24, 45, 85 mm. Scan des négatifs, puis traitement avec CS2. mail : cl.pavy"AT"yvap.net
14 Commentaires
  1. Oui, je la préfère!
    Plus aérienne, et même le beau bras coupé, ne me dérange pas! 😉

  2. Oui mais en recadrant le trottoir!
    Belle série que tu offres depuis quelques temps!

  3. C’est sûr que çà surprend un peu plus que la précédente et nous rend plus curieux, aussi je me serrais bien vu plus rapproché sur les personnages, sur les partitions.

    Le trottoir me casse… le plaisir.
    En recadrant en proportion cela enlèverait un peu de noir aussi sur la gauche et recentrerait le regard, non ?

  4. Je reste un inconditionnel! Magnifique comme la précédente.

  5. J’aurais du mal à en préférer une… Ce point de vue et ce cadrage singulier collent ici parfaitement à cet instant de la répétition où les partitions sont posées sur le parquet… même impression laissée de densité et de concentration dans le travail des musiciens. L’espace et la lumière pour la musique qu’ils font naître….
    Assez d’accord pour rogner en haut, juste en dessous de l’écriteau sur le mur. Le bras (et la jambe) ne me gène(nt) pas, au contraire; Supprimez le et cette belle composition en V s’écroule…

  6. Pareil que mon com sur la photo précédente. Une petite préférence peut-être pour l’autre. J’aime le parti pris du cadrage en plongé de celle-ci, mais je suis un peu géné par les parties coupées sur la droite, même si je me doute que ton sujet était la lumière et le contre jour.. 😉 Mais elle est très belle et très bien tirée.

  7. Merci à tous.

    Bernard aurait voulu plus rapproché : Impossible ! La photo est prise d’une petite fenêtre étroite (presque une “meurtrière” !) qui explique le bord flou noir à gauche, surplombant la salle et j’avais l’objectif collé à la vitre.
    Ce qui explique aussi le bras coupé à droite, car si je pivotais vers la droite pour avoir la violoniste je perdais le prof à gauche qui est le pivot de l’image, fallait choisir, et il est évident que c’est lui et non elle !
    Le bras est donc là pour suggérer et j’y tiens ! On n’y touche pas !
    De même je ne toucherai pas en haut :
    1- Le trottoir est indispensable, s’il disparaît la fenêtre est vide et n’a plus de sens car on ne comprend pas cette zone grise unie. L’opposition espace intérieur calme et recueilli versus route du dehors est essentielle. On doit donc comprendre que c’est une route.
    2- En recadrant et rognant le trottoir, on diminue la hauteur de la fenêtre et du mur du fond, et là l’équilibre graphique (proportions géométriques) de l’image est pour moi détruit.
    3- Certains suggéreront peut-être d’effacer le trottoir sans recadrer, mais on retrouve le problème soulevé au point 1, perte de sens.

    J’ai bien évidemment essayé tout cela avant de vous la proposer, mais ça ne va pas.
    C’est le cadrage d’origine fignolé au millimètre à la prise de vue, j’avais le temps, pour moi le seul valable. Celui qui permet de suggérer …
    Ce que la précédente ne possède pas (trop évidente et descriptive) et pourquoi je préfère celle-ci.

  8. Yvap: en ce moment je suis malheureusement un peu absente des blogs, du mien aussi… je réfléchis 😉

    Mais.. mais.. mais je veux prendre le temps d’écrire un mot sur celle -ci: infiniment pardon pour les autres photographes, j’espère un jour pouvoir m’arrêter sur chacune d’entre elles
    D’abord parce que c’est un nouveau Yvap que je suis en train de regarder qui est en train de changer ses cadrages, et rend sa photo plus mystérieuse, moins évidente à la lecture ( ce qui est pour moi un compliment ), plus silencieuse aussi 😉
    Pour moi, l ‘extérieur, la route séparée de la pièce par cette baie vitrée me parait indispensable: on pense au silence intérieur réservé à des notes, à des sons, à la musique, à une concentration appuyée par cette ombre réservant une partie de la photo..
    Peu importe bras coupé ou non.. au contraire

    Un grand bravo Yvap pour cette photo d’ombre, de lumière associée aux sons, mais aussi paradoxalement au silence.
    Pour moi, une très très belle photo 😉

  9. “Impossible”
    “On n’y touche pas!”
    “Indispensable”
    “Opposition espace intérieur calme et route essentielle”
    “Fignolé au millimètre”
    “Seul valable”
    C’est sûr! Tout se jouait au déclenchement.
    Pour suggérer?
    S’agit il d’une opposition musique à l’intérieur et bruit à l’extérieur? Mais alors cette rue est bien vide d’éléments suggérant le bruit.
    Pour moi cette fenêtre évoque un espace mental en accord avec la musique où l’esprit,libre, ne bute pas comme un pneu sur des plots de béton.Mais, “on doit comprendre que c’est une route”!
    C’est sûr! Tout se jouait au déclenchement.

  10. Merci beaucoup Flo et Loîs.

    Juste une précision : Les remarques/justifications que j’ai faites plus haut sont bien évidemment en suite aux commentaires et donc à postériori.
    A la prise de vue rien de tout cela n’était conscient ni réfléchi ! 😉
    Comme toujours je fonctionne à l’instinct, au feeling, je trouve l’équilibre … ou pas ! Et c’est plus souvent le deuxième cas ! 😉

  11. Merci à toi!
    Si tu as d’autres vues en réserve, non plus au millimètre mais au picomètre, n’hésites pas! 😉

  12. Je me suis arrêté longtemps sur ces deux images dont l’ambiance sied parfaitement au sujet: la musique de chambre n’a peut-être jamais si bien porté son nom, tant ce lieu et cette ambiance sont si sereinement retranscrits.

  13. Ton N&B me donne envie de ressortir mes Paterson de la cave, Yvap…
    En première lecture, j’ai été moi aussi gêné par les plots de béton. Et puis finalement non. Ils assurent la liaison intérieur/extérieur. Et pour te répondre, oui je préfère celle ci. Sans hésitation.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.