blagapart

longue histoire...
5 Commentaires
  1. Le rapprochement entre le mythique “chiffon rouge” et “la liberté…” justifie pleinement la désaturation. Par contre, le lien avec la peinture maniériste de droite n’est pas évident pour moi. Cela dit, visuellement, le dytique fonctionne bien.

  2. Rojo et drapé, que demander de plus ?

  3. Magnifique !
    Blagapart, tu es ici le roi du diptyque, c’est un titre qu’on ne peut te contester !
    J’adore tout ce qui se raconte et se répond dans ces deux vues, les drapés, le jeu des rouges, le jeu des mains (disparues à gauche, omniprésente à droite)…
    Une figuration du D Day, devenu Bloody Sunday ?
    Et le titre est excellent. Bravo !

  4. @Matou : les compliments, même excessifs, font toujours du bien !
    L’idée de départ était le drapé. Et puis sur la photo de droite, cette fente plissée m’a soudain paru très sexuelle, et la main qui en sort bien hésitante. D’où le drapeau rouge de droite exaltant la girl power.
    Bof…
    Merci à vous trois.

  5. L’histoire en devient d’autant plus polysémique que cette main, si mes souvenirs d’histoire de l’art sont exacts, dit avec ses doigts entrecroisés bien des choses cachées.
    C’est passionnant : à l’heure de l’affirmation des minorités, ce chiffon rouge devient quasi un emblème… Ce ne serait plus jour d’indépendance, ni Bloody sunday, mais jour de Gay pride ?

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.