Toujours à chercher (“chercheur permanent et trouveur incomblé ” disait l’autre), je vous propose une vue qui encore une fois ne parvient pas à se contenter de la plate réalité, essaie d’aller à l’os… Je ne suis sûr de rien, mais je trouve l’image jolie.




Matoufilou

« L'une des déchirures propres à la poésie », c'est que, « ce qui est devant moi, au moment où je le dis, il faut justement qu'il ne soit plus. Les objets soumis à l'épreuve du poème, pour pouvoir briller d'un vif éclat, doivent cesser d'être ce qu'ils sont pour devenir langage. » Avec ce paradoxe que « dans le même temps le langage les sauve et les porte à leur être. » (Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ? L'Héritage d'Orphée, Pocket, 2010). Lisant cela, je songe également à la photo, où c'est le même principe : ce qui a été pris en photo (l'objet de la prise de vue) n'est déjà plus, est devenu langage. Et cependant c'est par ce langage qu'il existe, et qu'il prend éventuellement une existence nouvelle, devient, pour reprendre une expression désormais galvaudée, une réalité « augmentée ». Ce paradoxe confirme le cousinage (à mes yeux du moins) de la photo et de la poésie. La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
9 Commentaires
  1. Oui, l’image est jolie. Quel est le procédé ?

  2. Un simple filtre sur PS (contour encré). Veux-tu l’original pour comparer ?

  3. Voici l’original (un peu affecté par la dépixellisation).
    Je trouvais la structuration intéressante mais l’ensemble était fade et je regrettais n’être pas peintre pour enrichir chaque détail et donner une vraie force à l’ensemble. D’où l’idée du filtre.
    Merci PS.

  4. Merci pour l’original qui n’était pas sans qualité.Il y avait surement de quoi faire notamment avec le vignettage.
    Encore une fois, le traitement débouche sur un jolie image.Mais n’est ce pas trop laisser la main à PS ? Je ne sais pas.

  5. Un beau vignettage sur l’original me semblerait beaucoup plus intéressant que ce filtre un peu artificiel et pour tout dire inadapté car sur une image trop riche de détails où il en rajoute une couche, on ne s’y retrouve pas …

  6. J’entends vos réticences, mais j’ai bien peur qu’un vignetage ne suffise pas à mettre en valeur tous les détails de l’image. Il faudrait pouvoir travailler chaque zone individuellement.
    Pour ma part j’aime ce crayonné, qui rend mieux la richesse de la scène que je n’aurais jamais pu le faire. Après, l’idéal serait de pouvoir y ajouter une chouette, une petite fée des eaux ou un sujet à la GBertrand, mais là je n’ai pas son talent pour les inclusions et incrustations.

  7. “Il faudrait pouvoir travailler chaque zone individuellement”… Voilà une bonne idée ! Les filtres PS ne peuvent pas faire grand chose pour améliorer une photo. Juste provoquer un petit décalage dont on revient vite. La photo originale est intéressante mais manque un peu “d’intention”. Le vignettage privilégie le centre, qui ici n’est pas très excitant. Comme seul le photographe sait ce qu’il voulait montrer, c’est à lui de traiter l’image pour rendre son “sentiment”.
    Ça n’aide pas trop, tout ce que j’écris…

  8. Au boulot le Matou !

  9. Merci à vous. Cela ne m’aide pas trop non, mais je vais y réfléchir.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.