Estienne

Apprenti en argentique avec ses labos rouges aux odeurs lourdes de leurs soupes chimiques avant d'évoluer vers le numérique et ses MégaOctets électroniques impalpables et inodores, depuis 50 ans mais toujours Photographe Amateur
6 Commentaires
  1. Juste un peu de gène avec les deux barres du fond (et encore ne les ai-je vues qu’après coup). Sinon c’est très joli. Un vrai poème.

  2. j’ai mis ma livrée de printemps
    au ciel je vais avec le vent
    le jour ne dure pas longtemps
    et je profite de l’instant…

    à moi le monde se réduit
    mais déjà le jour est enfui
    et le ciel encore si loin…

    me verras-tu toujours demain ?

  3. Très délicat, bravo.

  4. Aussi simple que cette fleur des champs !

  5. Merci, mais c’est le travail inspirant d’Estienne qu’on commente ici, pas le mien.

  6. Une campanule fin juillet sur les alpages vers 1800 m d’altitude qui doucement se fane. La lumière était très belle ! Merci à tous de vos avis poétiques et délicats !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.