La photo couleur est sur facebook…




15 Commentaires
  1. Colette !

  2. Aloes ça!…Je n’y aurais pas pensé mais ça ne me déplait pas!

  3. J’ai écrit ça sans même réfléchir.

  4. Envie d’une sieste soudaine au soleil, le chapeau sur les yeux. Le décor y est en tout cas!

  5. J-ai eu la même réaction que Jean Fraipont! Une image qui donne envie d’été!

  6. Oui, même sensation avec l’odeur chaude de l’herbe … ne pas oublier le chapeau ! Le traitement n’est pas au mieux mais l’envie est là quand même …

  7. Estienne.La translation entre l’original et le format LVEG est décevante. Définitivement, je ne peux pas mieux. S’il s’agissait d’une expo ou d’une publication il est évident que je paierais quelqu’un pour qu’il fasse les ajustements nécessaires. Mon sens critique est rarement en berne . Surtout sur mes photos.
    Vous avez tous faux . Ce sont des herbes cuites d’hiver… Juste avant la disparition. Merci à tous.

  8. J’ aime bien ces herbes . Presque dommage qu’il y ait le bout de tronc, la petite palissade de bois agissant comme “une couture” au milieu de tout cet entrelacement.

  9. … Comme un acte chirurgical, une césarienne, peut-être ? …

  10. Justement ! C’est cette boutonnière qui me fait plaisir car cette irrégularité donne une échelle de cette étendue d’herbes (d’été en hiver) et constitue la seule et discrète rupture.

  11. Maria, Ni acte chirurgical, ni césarienne, Juste l’irruption , la signature anthropocène , à ras de sol… 🙂
    Estienne. Une boutonnière… Tiens donc! 🙂

  12. Cette barrière a une allure de fermeture-éclair … vieux fantasme de la fermeture-éclair peut-être … et le reste est si accueillant, comme une toison végétale où je reposerai bien et mon corps et ma tête et le reste ! 🙂

  13. Estienne. Il y a quelqu’un qui parlait bien de la fermeture -éclair c’est Pierre Gilles de Genne… Il en avait fait un cours qu’on doit trouver sur le net…
    Accueillant les hautes herbes? Des pampas peut-être… Ca doit être plein de trucs qui pîquent et de bestioles ces trucs là!

  14. Oui, la nature est sale avec des tas de bestioles qui grattent, qui piquent mais la ville des hommes n’est pas mieux avec toutes ces bestioles qui piquent, qui râlent, qui ne disent plus bonjour, … j’en passe et des pires, en gilets jaunes ou “à quenelle”!

  15. Ces belles herbes de l’hiver ont le pouvoir de rendre volubile, et je me joins au concert avec plaisir.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.