14 Commentaires
  1. Je préfère nettement celle-ci à la photo du 6 septembre. Le cadrage est pertinent. Même si je trouve qu’elle aurait gagné à un contraste plus fort. Perdrait-on la douceur avec des lignes plus dures ? Je demande à voir.

  2. … plutôt fine …

  3. le titre dit l’intention mais l’image aurait peut-être besoin d’un peu plus de contraste pour la souligner, en particulier sur la frange d’écume…

  4. Evidemment elle n’est pas franchement contrastée, mais de toutes façons vous seriez passés sans voir cette dentelle de caraco…
    J’aurais bien souligné la frange d’écume, l’ourlet… mais dès que le sable s’assombrit ça devient autre chose. La version couleur me plait. Je crois que je suis passée à la couleur cet été…

    Merci à vous 3!

  5. Bonsoir,

    Ben moi, je préfère “la reine de la dentelle”, à savoir celle d’Alençon… Epicétou…

  6. Ah, la fameuse mise au point d’Alençon ! ?

  7. Et ben moi, je préfère “l’impératrice de la dentelle” à savoir la dentelle du Puy … Epicétou…

  8. Je suis né à Alençon et j’ai vécu au Puy : les deux sont magnifiques !

  9. Je ris … !

  10. Bonsoir,

    Je ne vois trace d’aucune impératrice au Puy sauf à considérer l’omnipotence du président de la région “Auvergne-Rhône-Alpes”, un certain Laurent 1er…

    Par contre, Alençon a vu passer une future impératrice, Sophie-Charlotte en Bavière…

    J’en sais quelque chose, je suis né dans la capitale mondiale du boudin noir, à savoir Mortagne au Perche…

    Et que j’espère que ça vous en bouche un coin…

  11. à JMLG
    Si,si,si … Nous avons notre impératrice au Puy, elle domine la ville. Juchée sur un rocher volcanique et construite avec la fonte de fer des canons pris lors du siège de Sébastopol en 1860.
    Non mais !

  12. Mortagne au Perche , on se rapproche de la capitale mondiale du poiré !

  13. Laissons à Louis -Ferdinand Céline le soin de clore ce sujet passionnant de la dentelle: ”
    “Oh, je n’ai pas besoin d’essayer d’être léger. […] je suis un des rares hommes à savoir différencier la batiste de la valenciennes, la valenciennes du Bruges, le Bruges de l’Alençon. Je connais très bien les finesses. Très très bien. Je n’ai pas besoin d’être éduqué. […] Mais pour être expert en ceci il faut s’en occuper. C’est dans son laboratoire intime qu’on s’occupe de ces choses-là.”

  14. Alors, si Céline clôt le sujet, respect… Lui qui n’a pas toujours fait dans le dentelle justement…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.