La chanson est de Cat Stevens…




13 Commentaires
  1. L’effet graphique n’est pas inintéressant, avec cette profusion de détails à contre-jour, et en même temps quelle vue déprimante que ce mikado de câbles et de poteaux…

  2. Les versions idylliques du même lieu, au lever du jour, sont des carte-postales. L’imperfection est un thème inépuisable. Et l’effet graphique est bien dans l’ADN de la photographie…

  3. Nous sommes d’accord. Je peux ne pas souhaiter avoir cette vue pour vivre et apprécier de la voir en photo.

  4. Quant au mikado… c’est mon jeu préféré lorsque j’épluche des haricots verts!

  5. Oui, intéressant cette différence de point de vue à 4 ans d’intervalle. Du coup, je préfère nettement celle-ci.

  6. Le calme de la mer ne parvient pas à nous faire oublier la frénésie ambiante. Un calme un peu bruyant, même si on peut mettre ça sur le compte de possibles scintillements.

  7. Jean fraipont, la photo est prise fin juillet à 6H30, au lever du jour. Eblouissement total. Contrastes maximaux. Aucune frénésie…Couleurs et lumière superbes.

  8. Un grand n’importe quoi qui fonctionne très bien. La magie de l’instant a agi sur le capteur.

  9. @Brigitte. si, si, la frénésie que je vois : celle des vibrations qui agitent les fils qui partent dans tous les sens.

  10. On retrouve ce fouillis de fils électriques … dans certains quartiers et banlieues de New-York! où en cas d’orage ou de chute de neige il arrive que tout le réseau s’immobilise pour quelques jours parfois… ici et là ces “laisses” de siècle passé sont les nouveaux vestiges d’aujourd’hui…

  11. EDF, grand pourvoyeur d’esthétique, et très doué pour massacrer nos paysages… sauf quand des photographes récupèrent ses méfaits, les exploitant pour leur profit!

  12. 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.