blagapart

longue histoire...
9 Commentaires
  1. trop de virage à mon goût qui tue toute nuance et surtout un ciel méchamment pixelisé …

  2. On tire vers les clichés du début du XXème siècle. Dans le genre c’est réussi.

  3. Une photo qui interroge la façon de traiter le paysage aujourd’hui. Une réflexion sur l’utilisation du sepia plein-pot . Comme si on ne pouvait parler de la beauté – du romantisme- du paysage que dans une forme d’archaïsme? Avec cependant le trait de lumière sur la vaguelette qui ourle la mer et redonne vie à cette sensation de temps arrêté. Et les touches de peinture du ciel qui témoignent d’un work in progress.
    Photo séduisante a priori.

  4. Je suis dans l’état d’esprit d’Adrien : le virage est aussi pour moi excessif et c’est dommage car il éteint cette photo qui me semble plutôt bien composée …

  5. Tiraillé entre différents aspects de l’image: une plage presque naturaliste avec sa vague liserée de lumière, une masure adossée à ses rochers qui semble sortir tout droit d’une peinture de l’école de Barbizon, un ciel qui semble traité par le biais de l’ancien procédé de solarisation en argentique, un virage d’une densité improbable… tiraillé et déstabilisé! mais peut-être est-ce tout simplement l’intention! 🙂

  6. De l’étude de l’évolution de l’architecture en pays granitique, du menhir à la grange et je rejoins les commentaires précédents sur l’aspect central très pictural.
    Joli petit train sur le rocher et sa locomotive fumante dans ce ciel tourmenté.
    Influencé par Kertész ? 😉

  7. @pour répondre sur le virage, je suis un peu étonné que vous le trouviez si extrême. Cette densité correspond en gros aux photos de la deuxième moitié du 19ème siècle, ou des photos publiées dans la revue Camera Works au début du 20ème siècle, ou, pour les amateurs, de l’extraordinaire série de Boris Mihailov “Am Boden”.
    @En fait, j’ai eu envie de publier cette photo après avoir un peu ruminé la (très belle) photo d’Hervé intitulée “contre-jour”, ainsi que l’avalanche de (très belles) photos de JLB, Estienne,… Le commentaire de Brigitte met le doigt sur le problème qui m’est apparu: comment photographier un paysage aujourd’hui sans adopter une esthétique romantique (cf les dernières images “lapidaires”) ou américaine des grands espaces (la descendance d’Ansel Adams ou Edward Weston). Comme je n’ai pas trouvé de réponse j’ai réalisé une sorte de vieille carte postale pour voir comment elle serait reçue. JLB a bien analysé l’image.
    Je regrette de ne pas voir sur LVEG quelques opnis (objets photographiques non identifiables) qui iraient dans le sens d’une recherche plus que dans le sens d’un aboutissement formel. Mais il y a vraiment de belles photos en ce moment.
    Merci de vos commentaires passés et à venir.

  8. Se retrouvent sur LVeG, des amateurs passionnés d’images qui n’ont pas obligatoirement envie de faire de la recherche mais avant tout de se faire plaisir, et éventuellement, de partager ce qu’ils font. Pourquoi ne pas se faire plaisir à photographier des ruines en adoptant une esthétique romantique si c’est jubilatoire pour son auteur; pourquoi ne pas photographier les grands espaces dans l’esprit de maîtres du genre (qu’on finit par oublier, même si ils sont inconsciemment à l’œuvre) si cela permet à son auteur d’exprimer un lien fort avec le paysage. Ceci n’empêche pas le photographe curieux d’explorer, s’il le souhaite, les marges de la photographie.
    Par contre je suis tout à fait d’accord pour dire qu’il y a un “ton” sur LVeG, dont on a parfois du mal à s’éloigner alors que la liberté est totale (ou presque!). Je me suis rendu compte de ça pour la première fois en publiant cette image ( https://www.lavieengris.com/?p=62522 ) et en détectant dans les commentaires des adhésions mêlées de réticences. Peut-être que des images “autres” existent dans les dossiers des uns ou des autres mais ne trouvent pas leur place ici. Même si on ne sait pas toujours quoi en dire ou en penser, je pense que tes publications sont salutaires car elles incitent à s’interroger et, pourquoi pas, oser autre chose. Alors quelques “opnis” dans les mois à venir? Pourquoi pas! ?

  9. Plein accord sur l’ensemble du texte !
    Sans aller jusqu’à la recherche, certains pourraient avoir l’envie de publier des photos qui les ont surpris eux-mêmes (tout le monde en a) plutôt que de rester dans le confort de leurs publications habituelles.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.