Port en Bessin, 15 mai 2015
Merci de vos retours




bolerophoto

Ça vous gratouille ou ça vous chatouille
22 Commentaires
  1. composition minimale bien structurée à mon sens et surtout particulièrement bien tirée.
    dommage peut-être que la voilure ne fut pas un poil plus excentrée sur la gauche.

  2. Radicale la régate! Mais il doit y avoir un grand vent ce qui explique la froideur du lieu. Très réussie…

  3. Brutal mais efficace !
    Il est vrai que le déplacement de la tache/voile blanche vers la gauche (référence au nombre d’or) serait souhaitable.

  4. Juste sur la diagonale !
    Beau “tirage”.

  5. Superbe !! ( même remarque que mes pr?decesseurs quant à l’emplacement de la voile. Autre remarque pour le titre : pour une régate. il y a en général plusieurs bateaux

  6. Construit, solide, minéral… à la fois pour le sujet et pour l’image. Le ciel et la mer mettent leur poids dans la balance. Reste la respiration de la petite voile blanche! Superbe et austère.

  7. Merci à toute et tous.

    “Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l’avertissement nous parvient, où dès l’éveil résonne pour nous, à travers une flânerie désœuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s’attarde, le cœur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre à l’instant d’un grand départ. Quelque chose comme une alerte lointaine se glisse jusqu’à nous dans ce vide clair du matin plus rempli de présages que les songes; c’est peut-être le bruit d’un pas isolé sur le pavé des rues, ou le premier cri d’un oiseau parvenu faiblement à travers le dernier sommeil; mais ce bruit de pas éveille dans l’âme une résonance de cathédrale vide, ce cri passe comme sur les espaces du large, et l’oreille se tend dans le silence sur un vide en nous qui soudain n’a pas plus d’écho que la mer. Notre âme s’est purgée de ses rumeurs et du brouhaha de foule qui l’habite; une note fondamentale se réjouit en elle qui en éveille l’exacte capacité. Dans la mesure intime de la vie qui nous est rendue, nous renaissons à notre force et à notre joie, mais parfois cette note est grave et nous surprend comme le pas d’un promeneur qui fait résonner une caverne: c’est qu’une brèche s’est ouverte pendant notre sommeil, qu’une paroi nouvelle s’est effondrée sous la poussée de nos songes, et qu’il nous faudra vivre maintenant pour de longs jours comme dans une chambre familière dont la porte battrait inopinément sur une grotte.”
    Julien Gracq

  8. @ adrien perraud = Pour répondre à votre interrogation sur la place du voiler, soulevée aussi par GBertrand et Andreroques, la position idéale était déjà occupée, bien que beaucoup plus au large, par une minuscule voilure (oui, je sais, il faut prendre la loupe : mais ce sont les aléas d’une course en mer !)…
    Je peux toujours essayer d’inverser la vapeur, mais gare aux réclamations car modifier une compétition sportive n’est pas sans risque et il s’agissait bel et bien de l’arrivée du 28 ème défi des ports de pêche.
    🙂

  9. @ Brigitte David = La rive gauche de l’accès à la jetée de Port en Bessin est actuellement condamnée, ce qui explique qu’elle ait été déserte à cette heure de la journée et en cette occasion. D’où cette froideur, peut-être ?

  10. @ GBertrand = Il s’agit bien d’une voile, et c’est une vision encore empreinte des souvenirs de la relecture du Rivage des Syrtes…
    😉

  11. @ Hervé = Comme je l’ai dit à GBertrand, c’est avant tout une vision pour ainsi dire littéraire du lieu…
    😀

  12. @ andreroques = Pour le titre, c’est tout à fait exact ! Mais les mystères de la photo et de la géométrie sont ainsi faits qu’à quelques minutes d’intervalle, et en fonction de l’endroit où l’on se place, des résultats tout à fait contradictoires se produisent…
    Comme ici, ou bien !
    Je pense toutefois à me mettre en accord avec l’étymologie et préférer “Rivage” qui, réflexion faite, convient beaucoup mieux à cette publication…

  13. Belle perspective dans l’ombre et la lumière et graphisme avec ces lignes diagonales et horizontales. Le regard se fixe évidemment sur le triangle immaculé.
    Je ne peux m’empêcher de penser à un diptyque avec celle ci: https://www.lavieengris.com/?p=62926

  14. @ JLB = La surabondance de guano depuis que cette partie de la jetée est interdite au plus grand nombre va bientôt faire disparaître l’aspect minéral de ce panorama, mais je suis bien content d’avoir pu en profiter avant qu’il ne se transforme complètement en blanche cérémonie !
    😉

  15. Bolero. Quel texte magnifique…Et soudain la photo s’en trouve révélée, résonnante. Ca donne envie de lire (et relire) Gracq, plus sérieusement. Cette froideur dont je parle est faite de souvenirs de froideur matinale en Bretagne, que ta photo ranime…

  16. Le pavé rugueux, l’infini de l’océan : un très beau carré riche de ces oppositions !

  17. J’adore cette vision maritime hyper graphique, presque du collage !

  18. Vraiment une très belle photo !

  19. @ Mowgli = Je vois je vois… Mais sa vraie filiation tient pourtant davantage à l’influence de celle-là, du même auteur !
    🙂
    Merci de votre retour.

    @ Brigitte David = Il est donc prouvé qu’une recherche photographique ramène à d’autres lectures…
    Photo à suivre en lien dans un petit moment.
    😉

    @ Estienne = Merci !

    @ JMP = On est souvent surpris par les lumières maritimes, surtout quand il a plu de longues heures dans les terres…
    Merci de votre avis.

    @ Tristan = Et un carré, en plus !
    😉

  20. J’aime beaucoup ce sentiment de solitude donné par le bateau minuscule (mais tellement visible) isolé dans l’immensité et par la perspective déserte. Quelque chose d’une peinture de De Chirico.

  21. @ Jean Fraipont = Il est vrai que cette voile est difficile à manquer…
    Je viens de retrouver le contrepoint de cette composition, originellement intitulée Régate.
    Merci de votre passage !

  22. Une photo radicale et un bel échange partagé avec Alain-Michel Boley/Bolerophoto…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.