Bordeaux – Gare St Jean – 23 mars 2015




14 Commentaires
  1. composition et traitement qui mettent particulièrement bien en valeur cet ahurissant écheveau métallique ! minutie démesurée, fantasme d’enfant devant sa boîte de jenga …

  2. Échafaudage impressionnant ! Et je me dis qu’une vue plus… abstraite… Elle existe (mis à part un recadrage toujours possible) ?

  3. Digne d’un film de science-fiction ! (réussi)

  4. C’est fou tout ce qu’on fait avec des allumettes!
    Un chantier naval?
    Belle réussite.

  5. Strucutre métallique très impressionnante.

  6. Comment s’appelle l’architecte ? Mikado ?
    Cette structure est impressionnante et le cadrage lui va bien.

  7. Il doit bien y avoir un itinéraire bis dans tout cela, mais il faut bien s’accrocher !
    😉
    Des multiples entrelacs du monde végétal à l’embrouillamini de l’activité des hommes, une très riche vision du monde décidément. Bravo…

  8. Pour rester dans le végétal, j’imagine que ce sont des échafaudages de bambous.

  9. Une trame vertigineuse ! Je crois que je me serai bien amusé dans cet endroit … Et ce petit personnage sur le bord du quai : excellent !

  10. Très chouette et impressionnant…

  11. La grande halle voyageurs de la gare St Jean à Bordeaux, dont la verrière est actuellement en cours de rénovation. L’échafaudage occupe actuellement environ 1/4 des 20000 m2 de cette halle.
    @ Tristan, Estienne, J’aurais bien aussi exploré les potentialités du lieu mais “chantier interdit au public” partout! Seul le quai était utilisable, laissant assez peu de possibilités. Des vues abstraites, sûrement, pour ma part j’ai accordé aussi mon attention au petit voyageur, en attendant qu’il s’éloigne lors de la prise de vue, et en libérant sa silhouette de structures parasites au traitement. En même temps que l’échelle, il me semble donner du sens à l’ensemble. J’ai tout de suite pensé à “La fièvre d’Urbicande” de Schuiten et Peeters. Dans tous les albums des “cités obscures” Schuiten excelle à traduire la monumentalité de ses créations architecturales par des moyens similaires.
    @bolerophoto, Loïs: je sors des bois, de temps à autre, pour explorer… la jungle urbaine!
    Le chantier est prévu pour 2 ans, j’y retournerai c’est sûr! si les photographes bordelais délaissent le “miroir d’eau”, je ne serai pas le seul!
    Merci à tous pour vos réactions.

  12. Je plains ceux qui ont fait le montage et qui feront le démontage… 😉
    2 ans, ça te laisse le temps d’exploiter cette incroyable structure. L’urbain, c’est bien aussi 🙂

  13. Une “jungle urbaine” qui n’est pas sans rappeler les énormes fourmilières chapeautées d’un dôme d’aiguilles de pins que l’on peut trouver en forêt.

  14. Merci pour vos commentaires.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.