12 Commentaires
  1. Beau sourire en quadriphonie…
    Je trouve que ça le fait mieux que Port de Toulon, la précédente sur la même construction graphique.
    Quel est cet appareil à quatre objectifs en un ?

  2. Une belle idée, bien mise en œuvre !

  3. Comme pour Toulon, j’ai tendance à la lire en partant du bas à droite pour aller vers la gauche puis remonter et finir en haut à droite.
    La jeune fille est radieuse et ça me fait du bien.

  4. après notre long débat sur la précédente, j’adhère infiniment plus ici.

  5. J’aime bien l’idée, moins la réalisation … l’autofocus fait vraiment ce qu’il veut ! 😉

  6. @ AMB, l’appareil est un “sampler” : on trouve ça dans une boutique rue Ste Croix de la Bretonnerie dans le Marais, ou ailleurs. Il coûte entre 15 et 50 euro, c’est selon…Pour du tout plastique, ça peut être cher, d’autant qu’à partir du 5ème rouleau (de 24 vues, il vaut mieux) il peut tomber en panne et bien sûr irréparable. Celui que j’utilise, parmi la dizaine que j’ai pu acheter, ne fonctionne que lorsqu’il en a l’envie, avec du 400 ASA pour le N&B ou du 200 ASA en couleur (j’ai d’ailleurs publié un ou deux de ces quadryptiques en couleur sur un autre blog que vous connaissez). C’est dire que l’ensemble est carrément expérimental!
    @ Estienne, vous comprendrez qu’il n’y a aucun problème d’autofocus, puisqu’il n’y a dans le sampler pas le moindre élément d’une mesure, ni de vitesse, ni de diaphragme, ni de longueur de focale. La réalisation est donc confiée au hasard, à la qualité de la pellicule, et au tireur. Et sur ce plan, je peux vous dire que c’est à grimper au mur!, parce que chaque partie du cliché n’est jamais tout à fait posée comme les autres…
    @Monsieur HR, la lecture commence en haut à droite et se finit en haut à gauche, en passant par le bas. C’est le sens de la prise de vue, où chaque partie de l’image est découverte successivement lorsque le petit disque tournant dans le sampler et percé d’un trou (le diaphragme!) passe devant la “chambre”.
    Alors le sourire multiplié tient soit du miracle, soit d’une formation intense du regard et de la maîtrise patiente d’un système photographique réduit à sa plus simple expression: on refait Niepce à chaque prise de vue!

    Merci à tous pour vos commentaires et votre intérêt pour cette pratique funambulique.

  7. C’est une sténopée à quatre coups !
    😆

  8. @ Monsieur HR, je me suis emmêlé les pinceaux: ça commence bien en haut, mais à gauche et ça se termine à droite, toujours en haut. Voilà et bon vent pour la lecture. Au prochain quadryptique, ce sera lumineux!

  9. Une excellente explication ! Un très beau sourire mais si je suis admiratif de la technique, je ne suis pas sûr d’investir un jour dans ce matériel-là … 😉

  10. Avec cette explication, on peut voir la jeune fille apparaître progressivement sur la photo pour, finalement, occuper la place centrale dans ce groupe et le tout avec le sourire.

  11. @ Estienne: moi non plus! Lorsque celui dont je me sers très épisodiquement aura rendu l’âme, je jetterai l’éponge, en gardant mes tirages comme objets rares.

  12. Avec rien on obtient beaucoup. Surtout le bel objet unique qu’est le négatif, produit de ton oeil et du hasard.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.