Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
8 Commentaires
  1. Non seulement j’adore les images, mais les titres, quel plaisir !

  2. Une photo pleine de mystère comme je les aime, un beau traitement N&B.
    Pour le titre, ne connaissant pas le fil conducteur du sujet j’ai du mal à suivre….

  3. A faire frémir Zuckerberg !

  4. … qui censure Salgado.

  5. Louise s’expose, Louise aime son corps, Louise ose, Louise persiste… et Louise a raison.

  6. Une photographie arachnéenne qui illustre parfaitement ta présentation:”Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée.”

  7. Merci à tous !

    Philippe // Je me donne du mal avec les titres sur LVEG, ce n’est pas facile, heureuse que mes efforts paient 😉
    Kora // De fil conducteur il n’y a pas, ou juste un petit : mon blog dans lesquels je vais toujours piocher quelques mots qui puissent “raconter sans dire” (clignotants.cowblog.fr)
    Tristan // Votre commentaire m’a filé une suée froide, heureusement que la chute est heureuse, je pensais déjà au pire ! merci 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.