Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
12 Commentaires
  1. OUAHHHH!

  2. Même pas Barbe-Bleue!

  3. Brigitte, merci pour ce premier commentaire, il m’a fait rire, et plaisir !

  4. Un petit travail sur la clarté du premier plan et on fugue avec elle…

  5. “ne vois tu rien venir?”
    belle image

  6. “Rien ne me faisait peur …”, même pas le monstre qui roule des mécaniques sur l’horizon ?

  7. …même pas le marquis rentrant de guerre?..

  8. ” Les rues avaient du relief, c’était l’automne mais rien ne me faisait peur. J’étais folle de lui et j’étais folle de moi, les journées n’étaient que du temps à conquérir et je trouvais ça naturel, naturel et heureux. Je faisais partie du jeu. J’étais touchée et intouchable. “

  9. Il reviendra, F

  10. Soeur Anne ne vois tu rien venir ? ..

  11. Les Hauts de Hurlevent en Val de Loire ?
    Ce n’est pas ma photo préférée de vous.
    Je vous préfère amoureuse que malheureuse.
    Le texte est joli par contre. Je trouve.

  12. Superbe prise de vie sur la femme sur laquelle j aurais fait un agrandissement

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.