Cette colline prodigua le merrain, la carassonne
et le courpet, la gabarre de haute Dordogne.
Spontour en Corrèze. les crêtes (1/3)



hervé

Le réel émeut
19 Commentaires
  1. Très belle. Les ciels couverts sont vraiment très photogéniques. Sur cette crête chevelue la brume semble un fond qui gomme tout relief.J’aime beaucoup.

  2. J’aime aussi cette atmosphère vaporeuse, colonne vertébrale ou crête à la pilosité hirsute d’une créature issue des ténèbres, ou bien un paysage japonnais, une esquisse au charbon, une nature au fusain. Apaisante.

  3. Beaucoup plus de force suggestive avec ce choix (plutôt qu’avec le choix précédent – rai-)

  4. Très beaux ces gardiens, comme une armée immobile et pourtant si vivante sortant des brumes . Vraiment une belle sensation de calme et de silence…

  5. Superbe.
    😉

  6. Une image vraiment bien composée
    Bravo
    @+

  7. Je suis revenue plusieurs fois sur cette photo… La seule qui m’ait attirée ces derniers jours. Mais, eh, oui, il y a un mais! Ces nuages bas semblent ajoutés à posteriori… Contrairement aux autres intervenants, je ne trouve pas cette image apaisante…

  8. Merci à vous tous.
    Irène, les nuages bas sont en partie de la brume s’élevant de la rivière après la pluie, les différences de luminosité entre la colline et le ciel obligent à faire un choix mais d’autres interprétations sont possibles.
    La version couleur, enlève t’elle le doute d’une superposition ?
    Et cette aube apaisante est un crépuscule. 😉

  9. Voilà qui éclaircit quelque peu mon doute!
    Alors pourquoi l’avoir appelée aube!? 😉

  10. Seulement quelque peu ? 😉
    En N&B, je pense qu’il n’y a pas de différence entre l’aube et le crépuscule, je n’ai pas la même impression en couleur où l’aube m’apparait plus froide (bleutée).
    Le titre évoquait plutôt ma découverte de ce pays aux si belles lumières d’automne.

  11. Chouette crépuscule 😉

    Hervé je pense que ton ciel est beaucoup trop tourmenté pour ce que tu expliques et il ne correspond pas à la photo couleur.
    Je me suis permis de travailler la couleur sous LGT et je pense avoir trouvé un rendu plus en adéquation et très beau.

    J’aime énormément la couleur.

    Ta photo m’a fait souvenir d’une autre dans la même base si l’on peut dire

  12. J’aime bien, belle ambiance tourmentée, par contre j’ai un peu de mal avec le masquage du ciel qui est trop visible.

  13. Bernard, puisque tu l’as annoncé, je ne laisse pas ta proposition de traitement en “off”, mais on dirait un crépuscule, moi qui voulais vous proposer une aube !
    Tant pis, il vous faudra faire rapidement un choix ! 😉

  14. Çà aurait pu très bien rester entre nous 😉

  15. C’est étonnant, les deux côte à côte l’on dirait pour moi que la colline est dévorée par le feu, chez toi

  16. Maintenant que tu le dis, c’est vrai : une aube de feu !
    Et si tu voulais que ça reste entre nous, il ne fallait pas l’annoncer à tout le monde ! 😉

  17. Bon, à part çà, j’ai trouvé ce qu’est le merrain et la gabarre mais pas la carassonne et le courpet .. alors ?

  18. Les courpets étaient de petites et courtes gabares pouvant franchir les “rapides” de la partie haute de la rivière :
    voir
    carassonne : bâton planté dans le sol, en fait les tuteurs de la vigne bordelaise.
    Dépourvus de terres, les gens de la vallée vivaient du bois : charbon de bois, chênes et châtaigniers fournissaient le merrain pour les barriques et la carassonne qui cheminaient jusqu’à Bordeaux par la Dordogne où les bateaux fabriqués en bas de cette colline étaient vendus comme bois de chauffage.
    Les gabariers remontaient à pied dans leur village, un monde à part d’aventuriers.

  19. Moi non plus Irène je ne trouve pas cette image apaisante. Mais pour relever la remarque de Henri et de ses arbres qui avancent, oui, cela pourrait être la forêt de Dunsinam dans Macbeth…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.