Je vous ai montré le premier montage de la série ici (merci pour vos commentaires), voici maintenant le tout dernier effectué.

Et sur mon blog, une version non montée, avec seulement le rocher.




David T.

La nature est la principale source d'inspiration de mes photographies. En noir et blanc, j'essaye d'avoir une vision plus graphique, alors qu'en couleur, j'hésite moins à être illustratif. Je considère ces deux pratiques comme complémentaires, en espérant, peut-être un peu naïvement, que montrer et faire connaître peut inciter à respecter ou protéger.
8 Commentaires
  1. C’est vraiment très réussi, d’un point de vue graphique et au delà, F

  2. J’ai eu le privilège de la voir sur papier, et je suis un peu déçu du rendu écran (pas aidé non plus par le fond blanc/noir). Mais j’aime beaucoup quand même.

  3. Un peu à la manière de David Hockney, bien vu !

  4. Merci à vous.

    @ Bernard et JMS : je ne connaissais pas Hockney, et le montage mis en lien est en effet très bien. J’avais fait des essais de décalage volontaire des images, mais ça ne me parlait pas, ça amenait ailleurs.

  5. J’aime beaucoup les deux.
    Ma préférence pour “les îles”.
    Le point de vue est très beau, en calant le panorama lointain sur ces îles et l’horizon que l’on perd dans cette concavité du rivage.
    J’aime aussi ce travail de déconstruction-reconstruction, l’utilisation subtile du vignetage pour appuyer l’effet sans trop. Cela apporte à mon sens une valeur narrative à l’image, qui m’emmène du coté de la mémoire, du souvenir, de l’évocation..(je n’ai pas dis la nostalgie…).
    Je ne connaissais pas Hockney. Cela m’a en revanche évoqué le travail d’un certain Jean François Devillers qui utilise ce procédé d’une manière très aboutie dans sa série sur Tchernobyl, avec un propos bien différent.. d’autres approches pour d’autres propos notamment sur Jérusalem (cf le lien).
    Quelques points négatifs à mon sens:
    Sur “les îles”, je trouve le développement un peu dur sur les parties claires du premier plan.
    Sur les deux, le découpage fait ressortir en bas à gauche une large portion de fond blanc qui accroche excessivement le regard. particulièrement sur “les gorges”). J’aurais cherché à le combler, par une quatrième juxtaposition?
    Sur la série, et bien qu’on puisse convenir d’une certaine convergence de composition des l’images originales, je regrette cette similitude dans la “déconstruction-reconstruction” ( trois en diagonale..), qui apparaît du coup , à la deuxième, un peu “systématique”…

    ho zut. la logorrhée me reprend…! 😉

  6. Après mûre réflexion et comparaison diverse (qui ne sont pas raison), je pense qu’entre une bonne prise et un montage encore un peu bancal, je préfère le Rocher de cire. Mais ça ne dois pas être simple non plus de trouver le bon bout parmi tant de possibilités !
    ;o)

  7. @ Solong : merci pour cette logorrhée, pas besoin de se brider. Lien très intéressant aussi, superbe travail, notamment sur Tchernobyl où les montages servent extrêmement bien le propos.
    Je comprends ton agacement par rapport à ce “coin blanc” qui n’en est pas vraiment un, mais qui est dû ici (comme le disait Philippe) au fond noir qui renforce cet effet. Sur un tirage “bien aéré” (je tire ces images là sur du papier texturé ou de la toile), c’est bien moins gênant.
    Quant au côté systématique de la diagonale descendante, j’en suis bien conscient, j’ai hésité à poster celle-ci en deuxième. Puisque c’est comme ça, j’en posterai d’autres, différentes dans le type de composition et le nombre d’images.

    @ Alain-Michel : le côté bancal est assumé et revendiqué. Hors de question de tendre vers un montage parfait, qui de toutes façons est impossible avec le boitier utilisé (Agfa Isola), de par son fort vignettage et une déformation sur les bords très marquée.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.