On note que, le muret prenant toute la place, l’arbre choisit de l’emmener avec lui dans les hauteurs…




Matoufilou

La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
10 Commentaires
  1. Très joli sentier, on sent poindre le monde poétique de Pagnol!
    ET au bout, les merveilleuses collines et sa chère garigue. Mais où est passé LILI des Bellons : “LILI, t’es là?”.

    De beaux dégradés de gris
    Frvl

  2. Un beau chemin creux dont la luminosité est effectivement surprenante.
    MRVR

  3. @ Franville : Plutôt le monde poétique des korriganed que celui de Pagnol. Cet arbre qui avale la pierre est quand même fantastique.
    @ Hervé : D’où ce traitement par la lumière (voir Kerzerho les pierres). Je cherchais à “voir” ce que la pénombre cachait : j’ai donc passé un pacte lumineux avec ces chemins ces arbres ces pierres.

  4. Le HDR existe-t-il en noir et blanc ; si oui, alors…
    Frvl

  5. Pas de photo pour l’arbre
    il avale la pierre
    dans l’ombre.

  6. C’est un peu l’équivalent. La pénombre étant coriace à percer, j’ai forcé les clairs, apaisé les sombres et tendu légèrement les médians.

  7. Pardon, le contraire : forcé les trop sombres et apaisé les trop clairs.

  8. Un travail de druide !
    MRVR

  9. Un chemin de druides sous les sunlights … c’est ce qui me chiffonne et c’est ce qui me posait problème avec le cromlech de l’image précédente. Comment ose-t-on dévoiler ainsi les mystères des fées en pleine lumière ? Le sujet est très intéressant (le cadrage aussi) mais le traitement est, à mon sens, inadapté.

  10. @ Estienne : J’entends la critique et la respecte, surtout venant de toi, expert en chemins creux et en traitements délicats… J’ai beaucoup photographié depuis vingt ans pierres et chemins autour de Carnac, et je crois ai essayé beaucoup de choses, mais sans jamais atteindre il me semble la qualité de détails de ces dernières vues. Alors c’est vrai qu’on n’a pas l’habitude de traiter ainsi les sites mégalithiques, le regard n’est pas habitué, il y a incontestablement une distorsion de la réalité et je trouve aussi que les korriganed ont déserté (trop de lumière), mais il reste un vieux chemin, de vieux arbres, dont l’un avale, fantastiquement, deux pierres. Ou, dans la vue précédente, des détails de monolithes pas vus à l’œil nu… Ça valait le coup de vous proposer ces tentatives.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *