Cap Mail, le bâtiment qu’on voit à droite, construit par Jean Nouvel, propose les m² les plus chers de Rennes. C’est toute la situation actuelle résumée.




Matoufilou

La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
9 Commentaires
  1. Hommage en passant à M. Rigault.

  2. Merci Matou, j’espère en voir beaucoup d’autres comme ça.

  3. Saisissant !
    Bravo pour ce mini reportage, sans jetter l’oprobe sir Mr Nouvel, qui ne m’émerveille pas tout le temps par ses créations, je dois dire qu’ici :”il a de la gueule”. Un peu comme notre ami de gauche (sur la photo…) qui aurait sa place dans une œuvre de JP MOKY (j’espère ne pas avoir mal orthographié son nom); je dit ceci avec tout le respect que je porte au cinéaste ainsi qu’à l’acteur potencitel.
    Bravo et merci pour la découverte de cet édifice.
    Franville

  4. Jean-Pierre Mocky aurait adoré je pense filmer la naissante incandescence ambiante.
    Son fils, Stanislas Nordey, a dirigé l’école du TNB à Rennes, et ses mises en scène de Pasolini restent des temps forts intemporels.
    La rue comme dernier rempart ?

  5. “la rue est à nous, que la joie vienne” (Annie Chancel dite Sheila). Une fois la plaisanterie refermée, la question mérite d’être réfléchie.
    MRVR

  6. Sheila la lutte finale…

  7. Vu d’en haut, il y aura toujours une France d’en bas, c’est un problème de plongée, et pour la France d’en bas de contre plongée et même avec un décentrement cela ne changera rien !

  8. Avant qu’un poète ne chante “les femmes sont l’avenir de l’homme”, on n’y croyait pas. Et pourtant.
    De même, on a ri quand un autre poète, Victor Hugo, a déclaré à la tribune de l’Assemblée Nationale qu’un jour les enfants n’iraient plus à la mine. Et pourtant.
    Donc oui tout est question de regard mais aussi de rêve. Et on peut rêver qu’un jour il n’y ait plus un homme, le plus riche du monde, un Français, à gagner 5000 fois ce que je gagne chaque jour et qui est pourtant le salaire moyen de nos concitoyens. Et ce alors qu’il y a 4.8 millions de pauvres en France, dont 2.8 millions qui travaillent.
    Donc oui, derrière les mots, y a bien une réalité, y a bien deux France et si on ne les réconcilie pas on est mal barre.

  9. Nous ne sommes rien, soyons tout !
    MRVR

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *