Pierre Grave

Passionné de photo depuis de (trop) nombreuses années J’ai toujours eu une préférence pour l’ improprement appelé « noir et blanc ». J’ai abandonné l’argentique depuis quelques temps mais recherche aujourd’hui dans mes tirages digitaux l’infinie variété des gris et la superbe du grain qu’on obtenait autrefois dans l’intimité d’une « salle de bain labo ».
9 Commentaires
  1. Caillouteux à souhait.

  2. 24mm ? La courte focale accentue l’effet circulaire, et l’ensemble rend bien, même si le circulaire étant mortifère on se sent un peu enfermé. Mais c’est l’effet recherché non ? Ancienne carrière, pierrier ?

  3. Comme un monde très lointain et très ancien qui ré-apparaîtrait . Très imaginaire et irréel.

  4. La courte focale et le traitement dur produisent un espace fermé, comme enveloppant, vaguement menaçant, inquiétant ou angoissant. C’est un choix disons “expressionniste”, peut-être lié aux sensations ressenties face à ce paysage. Pour ma part (ce n’est que mon avis) je trouve que les déformations sont excessives et les dimensions faussées. Devant ce même paysage, je me serais contenté de la partie centrale (pierrier, falaises et le ciel au-dessus), avec une focale plus conventionnelle. Ce serait un autre choix qui dirait autre chose!

  5. On a un peu l’impression que tout ça va se mettre à tournoyer et que nous allons perdre pied.

  6. Une focale courte qui donne le vertige : une très bonne image de temps en temps car trop particulière, trop déformée. Les focales plus conventionnelles sont plus adaptées au paysage, et quand je dis conventionnelles, je n’exclus pas des focales longues même en dehors de la photo animalière !

  7. Intéressante l’idée d’un monde “décalé” (Maria). On s’attend presque à voir surgir un dinosaure d’un espace-temps ainsi déformé.

  8. Les focales ultra-courtes donnent des images de toute façon spectaculaires, et l’effet peut lasser; il faut donc que le choix du grand angle ait un sens. Pour rendre un cirque, essayer de tout ramasser dans une petite image est une gageure, mais je trouve que ça rend plutôt bien ici.
    Évidemment, ce n’est plus descriptif, mais qu’importe la réalité, tant qu’on a l’image.

  9. Le mouvement sombre des nuages prolonge le mouvement des branches et contribue à cet effet de fermeture. Bien vu.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.