J’aurais pu coller davantage encore à l’actualité et titrer “la vacance de M. Hulot”.




Matoufilou

J'ai perdu le goût de la photo avec la fin de l'argentique. Puis, par le biais de Freddy Rapin (merci Freddy !), j'ai découvert LVEG, son collectif de passionnés, avec leurs tâtonnements, leurs ratages, leurs prises de bec parfois, avec aussi leurs réussites et souvent leurs merveilles. Je suis d'abord resté paralysé, commenter me suffisait, mais ça y est, c'est reparti, et j'espère m'amuser longtemps comme cet été, à goûter de nouveau au plaisir de ce qui se raconte à travers une image. Et le numérique finalement c'est très plaisant, on peut refaire sa photo à l'infini. L'histoire souvent s'impose après la prise de vue, dans le travail de tri qui s'opère au milieu d'une masse de clichés. C'est là souvent qu'une histoire s'amorce, qu'une photo prend son sens et qu'elle acquiert à mes yeux son importance. Mon aventure ici débute comme presque rien, modestement, par des scènes de vacances en famille. Il n'y a pas grand-chose à photographier. C'est comme une page blanche. C'est l'occasion de me tester en douceur, sans ambition et sans enjeu, pour voir où ça mène…
13 Commentaires
  1. Étranges personnages !

  2. J’aime beaucoup la texture et le traitement du premier plan mais le ciel vide gâche un peu l’image …

  3. Le ciel, les deux femmes n’apportent rien sur le fond, c’est vrai, sinon une réponse visuelle aux deux blocs du bas. Je voyais un dialogue entre les deux personnages et les deux pierres et entre le blanc du haut et le blanc du bas.
    J’ose la formule : si j’enlève le haut, le bas est moins parlant.

  4. C’est bien comme ça que je l’avais compris

  5. Ou le mythe de Sisyphe.

  6. @ Jean : Je crois qu’en matière de réchauffement climatique on est plus prêt désormais de Prométhée que de Sisyphe, non ?

  7. Plus près de.

  8. Oui, d’ailleurs les cailloux restent en bas ! 😉

  9. Il y a deux femmes ? Je pensais qu’il s’agissait d’un collage de la même?…
    Les pastèques du premier pan n’apportent pas grand chose et le titre est aussi approximatif que mystérieux!

  10. La grande forme, Brigitte ! Quant à la thématique, elle renvoyait à tes propres travaux antérieurs sur les falaises et leur désagrégation. La falaise est peu spectaculaire (Saint-Colomban, à Carnac) mais le travail de sape de la houle encore plus rapide et efficace.

  11. Ca ne m’explique pas la présence des jumelles… Des DEUX jumelles comme on dit pour se persuader…

  12. Comme expliqué plus haut, le couple de “jumelles” répondait au couple de “pastèques”. Mais bon, j’entends que tu n’aimes ni les unes ni les autres, pas de souci.

  13. Erreur Matoufilou… Les pastèques détournent l’attention des personnages, pour le moins énigmatiques!…
    🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.