Matoufilou

« L'une des déchirures propres à la poésie », c'est que, « ce qui est devant moi, au moment où je le dis, il faut justement qu'il ne soit plus. Les objets soumis à l'épreuve du poème, pour pouvoir briller d'un vif éclat, doivent cesser d'être ce qu'ils sont pour devenir langage. » Avec ce paradoxe que « dans le même temps le langage les sauve et les porte à leur être. » (Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ? L'Héritage d'Orphée, Pocket, 2010). Lisant cela, je songe également à la photo, où c'est le même principe : ce qui a été pris en photo (l'objet de la prise de vue) n'est déjà plus, est devenu langage. Et cependant c'est par ce langage qu'il existe, et qu'il prend éventuellement une existence nouvelle, devient, pour reprendre une expression désormais galvaudée, une réalité « augmentée ». Ce paradoxe confirme le cousinage (à mes yeux du moins) de la photo et de la poésie. La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
8 Commentaires
  1. Photo d’enfants bien composée et intéressante par l’interaction des couples et la spontanéité qui se dégage du couple d’enfants.

  2. D’accord avec Blagapart. J’ajouterai qu’il y a un côté apprenti maffioso chez ces enfants qui me séduit beaucoup.

  3. Oui c’est au moins la route 56… Ils abordent les Rocheuses et ils n’ont pas de chaines… Tant pis on passe quand même!Charmant!

  4. Merci à tous les trois.
    Route 56 (Carnac) effectivement par référence à la route 66, avec le petit combi WV de nos road movers des années 70. Par contre HR m’inquiète, je vais vérifier le contenu du combi…

  5. Chouette photo ! Les plus jeunes jouent sur la plage et les plus grands vont se perdre dans les rochers…

  6. “route 56”, j’étais bien parti pour le Morbihan … J’aime beaucoup la scène mais je trouve le cadrage trop serré notamment à l’horizontale …

  7. Si je trouvais parfois l’espace un peu étriqué dans vos précédentes publications, je trouve ici le cadrage en accord avec le sujet.

  8. D’accord ou pas d’accord, merci à vous.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.