13 Commentaires
  1. … Mais là, parle t’on encore de falaise?… Pas moi! 🙂

  2. Elle n’est certes pas en bord de mer mais le CNRTL nous propose : “Falaise : Escarpement rocheux assez élevé, vertical ou presque, surplombant la mer ou des terres plus basses”.
    Et je garantis que vue d’en haut, la terre est bien plus basse 🙂
    (Cascade de la Pisse à Mizoën)

  3. Oui, bien sûr… Ta première photo ressemble à un mur de glace, s’il n’y avait en haut à gauche la transparence qui confirme que c’est de l’eau… . On retrouve le flux de l’eau dans la seconde.Impressionnant!

  4. Vu l’ombre qui encadre la cascade dans la vue de face, et en baissant la luminosité sur la paroi rocheuse…la seconde proposition me semble bien plus satisfaisante!
    (vous avez la possibilité de présenter une nouvelle version dans le format de la précédente, mais il faut ajuster les dimensions dans la case appropriée car le réglage par défaut donne une trop petite représentation)

  5. Personnellement je préfère le point de vue adopté dans la première version qui, malgré le format carré suggère parfaitement la verticalité et où le ciel a son rôle à jouer (comme dans de nombreuses photos de votre blog!). Le point de vue frontal, bien qu’intéressant grâce aux ombres, me semble cependant plus classique.

  6. Nette préférence aussi pour la première publication qui donne un point de vue original sur cette magnifique cascade. Un excellent carré très aérien comme le fait justement remarquer JLB !

  7. jb81, JLB et Estienne, vous ouvrez ce qui me semble un vaste débat :
    La deuxième photographie se contente d’être frontalement descriptive.
    Car en effet le sujet de l’image ne prime-t’il pas sur l’image elle-même ?

    Sortant du contexte de mes images, faut-il admettre que, parfois, moins il y a de sujet plus il y a de photographie (à l’instar de la peinture qui s’est affranchie de la représentation à l’apparition de la photographie en lui abandonnant le rôle descriptif) ?
    La photographie, par sa nature, ne peut sans doute pas se détacher de la représentation comme l’a fait la peinture mais elle y tend parfois (https://www.lavieengris.com/?p=68504 par exemple), oscillant sans cesse entre deux conceptions d’une image réussie : Une photographie d’une belle chose ou une belle photographie d’une chose.
    A l’appréciation de chacun…

  8. @ Philippe Clerc : Je crois simplement qu’un photographe amateur est d’abord amateur de belles images et ceci quelque soit le sujet. Si le sujet (une fleur par exemple) est beau, le risque est que le commentateur aime la fleur et non pas la photo de la fleur ! Donc avec des sujets “sans intérêt”, il est peut-être plus facile de faire une belle photo …
    Quand au figuratif, on peut s’en affranchir par le flou notamment. La difficulté est de faire une belle photo “sans sujet” identifiable … Possible mais difficile. Il y a quand même ici quelques exemples comme celle-ci (dont je ne suis pas peu fier) : https://www.lavieengris.com/?p=67842

  9. Les deux sont chouettes et ne racontent pas la même chose. Mais la seconde n’est pas seulement frontalement descriptive comme le dit Philippe : elle raconte davantage la force, aidée par un beau contraste.

  10. Je salue l’audace de la première vue et le parti pris qui la soutient mais ne suis pas convaincu par le résultat obtenu.

  11. Le classicisme de la seconde ne me gêne pas tant elle est réussie.
    Pour la première, c’est un entre-deux. J’aurais poussé la composition jusqu’à l’abstraction en supprimant quasiment la moitié gauche pour ne conserver que trois bandes.

  12. J’avais (parmi d’autres) les deux images ajoutées aujourd’hui, deux plans plus serrés sur la cascade.

  13. J’aime beaucoup la quatrième …comme une chevelure de neige sur le gris acier de la roche …

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.