07082017-DSCF8109




Monsieur HR

Né en 1949, habite Tours (37), retraité et syndicaliste Je dirais bien que j'aime mettre mon "grain de sel" mais cette expression est déjà utilisée (à bon escient) par un autre photographe sur le blog . Je pratique la photo en pointillé, de manière un peu erratique, sans véritable style personnel nettement défini, avec un petit goût pour le flou, souvent mal maîtrisé d'ailleurs J'éprouve un vrai plaisir à dialoguer sur le blog et je pense que ma pratique, notamment celle du post traitement informatique de la photo s'est améliorée grâce à ces échanges
10 Commentaires
  1. on s’approche de Chema Madoz …

  2. si si pour l’esprit surréaliste – onirique de votre cliché !

  3. Photo du bas : ma vision du sanctuaire.

  4. Un tampax monumental surplombant la “foule” ! Peu de crainte s’il tombe … Un coté surréaliste effectivement !
    Pour le sanctuaire, je crois que c’est Adrien qui a la bonne solution ! 🙂

  5. Il était joli ce tampax bleu. Merci Estienne.
    Pour ce sanctuaire, je ne sais pas si il y a une bonne solution avec une lumière aussi ingrate.
    Les 2 photos diffèrent par leur composition et par leur traitement.
    La photo d’Adrien rend bien compte de l’ensemble de l’installation, c’est certain. Il a photographié la forêt, j’ai photographié l’arbre. Et cette pierre parle pour les autres. D’autre part, en surexposant on peut distinguer l’ombre véritable de l’ombre factice crée par l’artiste. Ça a été mon choix. Avec un léger virage en sus.
    Bon, j’ai tout de même un peu redressé la perspective, pour une meilleure assise.

  6. Je ne l’avais pas vu comme de fausses ombres mais comme un champ secondaire qui se singularisait par une teinte plus foncée … Mais l’idée de “fausse ombre” est bien vue !

  7. j’aime bien le choix radicalement à contre pied de l’installation d’origine, cela révèle d’autres regards … mais je n’ose (pratiquement) jamais le high-key.

  8. AP, je m’y suis mis depuis peu, avec les possibilités du numérique

  9. @ Adrien: curieusement pour des personnes qui sont sensées “écrire avec la lumière”, le high-key est plus difficile que l’obscurité rassurante du low-key … j’ai aussi plus d’hésitations dans ce sens-là !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.