8 Commentaires
  1. Pour une fois, moins emballé. Le cairn ressort moins dans ce paysage, il manque une de ces brumes si bien maîtrisées dans cette île de l’Atlantique qui fondrait l’arrière-plan : c’est emmerdant de se promener au soleil parfois 🙂

  2. Je trouve tout de même que cette vigie ne manque pas d’allure.

  3. Estienne : pas la moindre brume ce matin-là au sommet du Pelat, au contraire, une visibilité allant du Mont Blanc, au Monte Cinto, en passant par le Viso. On ne peut pas tout avoir 🙂

  4. Cette photo ne me parle pas du cairn mais de la crête. Encore qu’après l’avor traversée on peut se sentir le droit d’ajouter une pierre à l’édifice.
    Souvenir d’un jour où sur une crête de ce genre il y avait un versant ensoleillé, et l’autre comme une cuvette pleine à ras-bord d’une épaisse brume. On ne distinguait strictement rien… Vertigineux! Rien que de voir cette crête, je retrouve l’angoisse de la traversée!

  5. Brigitte: l’expérience ci-dessus décrite m’évoque plus un bonheur qu’une angoisse. Ma prochaine publication sera peut-être une invitation à descendre la crête 🙂

  6. à l’instar de Brigitte, le cairn n’est que le point d’accroche pour la perspective de la crête particulièrement “accueillante ” …
    mais comme Estienne quelque chose me retient, pas dans les lumières mais plutôt dans ce manque de dégagement du regard avec les sommet coupés dans le fond. un point de vue un poil plus bas / plus large (?) aurait peut-être donner plus d’ampleur au cairn et permis aux yeux de se perdre …

  7. Merci à vous d’être montés jusqu’ici pour donner vos avis. Je n’ai malheureusement pas d’alternative à présenter pour prendre en compte vos conseils, la seule photo conservée de ce lieu étant ici proposée sans recadrage.

  8. C’est impressionnant et très bien réalisé !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.