Des photos d’arbre seul dans la neige… C’est connu.
Cette nudité dans l’hiver attire toujours le regard et le déclic. J’ai craqué.
Pour l’accompagner, j’ai choisi de lui offrir un environnement, en arrière plan et dans la brume.




Brigitte Ghilain

Un peu d'information biographique, c'est dire que je suis une femme toujours émerveillée et contente de vivre chaque instant comme un cadeau. Et cadrer dans mon viseur est une de ces joies quotidiennes. Axée essentiellement sur la nature et la macro, cela m'arrive parfois d'être infidèle et de saisir le quotidien humain et urbain.
27 Commentaires
  1. Connu, peut-être, mais pouvoir associer la finesse et la netteté de l’arbre à ce fond brumeux, tout en délicatesse et imprécision, ça l’est déjà moins. Le panoramique va très bien à cette image, et on retrouve ici un type de cadrage déjà observé dans certaines de vos publications précédentes (je pense aux 2 photos d’oiseaux).

  2. C’est bien d’avoir craqué, ça suffit à notre bonheur.

  3. beautiful…

    sleeping winter trees…

  4. Très joli B&W.

  5. Ces 2 plans très fins sont très beaux.
    Mais pourquoi toujours ces formats “exotiques” ?

  6. une très belle image , merci

  7. Pas évident à réussir, avec tout ce blanc, mais ça fonctionne, l’ambiance est là !

  8. belle photo…j’en aurai mis un peu plus à droite…mais l’ambiance est là…;-)

  9. Superbe!
    Le format est vraiment parfait, nous sommes plusieurs ici, je pense à certaines photos d’Étienne entre autres , a utiliser ces formats “exotiques” du 16:9 ou qui s’en approchent .Je trouve que pour certains sujets il est parfait , mais ça reste une histoire de goût .
    Tes photos Brigitte,réveillent mon intérêt pour la poésie asiatique et je ne résiste pas à l’envie d’y associer un autre Haiku…

    Et maintenant
    Allons contempler la neige
    Jusqu’à tomber d’épuisement !
    (Bashõ)

  10. le “classicisme” lorsqu’il est assumé, et bien fait comme ici, donne souvent de beaux résultats.
    juste pour le plaisir de bougonner, le décentrement de l’arbre est peut-être un peu marqué, comme Philippe j’aurai bien pris plus à droite.

  11. Superbes gris ! Le “petit bout qui manque à droite” suggéré par Philippe et Adrien, évoque peut-être l’habitude de lecture gauche vers droite, que je n’ai pas mais qui est parfois abordé. Et en retournant l’image gauche-droite ? http://s6.postimg.org/q0o4t1n35/un_arbre_B.jpg

  12. Je l’aime bien comme elle est, cette photo, surtout qu’il y a matière dans le fond et même sur le devant avant d’arriver à l’arbre

  13. Composition, finesse de la gamme des gris, un plaisir suptil pas si courant.

  14. Oui, oui; lecture de gauche à droite (dont parle Jean Fraipont), avec une “large plage” avant d’arriver au sujet.
    Cela équilibre, pour moi, la lecture de l’ensemble de l’image.
    Le sujet principal est bien l’arbre, mais avec la lecture de G à D, notre (mon) regard prend le temps d’arriver au sujet. L’image est alors lue dans son entièreté.
    Et c’est aussi pour cela que je choisis des formats “exotiques”, Tristan.
    Pas si exotique que cela, comme le signale Henri.
    Ceci dit, c’est un format que j’affectionne, comme l’a constaté JLB . 🙂

    J’aurai pu, comme le signal Philippe et Adrien, mettre un peu d’espace (un tout petit peu plus d’espace à droite) Pas de souci. Merci de votre suggestion.

    En tous cas, merci beaucoup à vous tous pour vos aimables commentaires.

    @Henri : mille mercis pour ce bel Haiku de Bashõ… C’est tout à fait ça.

  15. Winter still sleeps…

  16. Les deux plans de l’image, le premier très précis et le second dans la douceur ouaté du brouillard se répondent de très belle façon !
    Quant à l’exotisme du format, je suis bien d’accord avec ce qu’en dit Henri : pourquoi s’arrêter au strict 2/3 ou 1/1 quand un sujet se prête mieux à un panoramique (sans forcément respecter un 16/9) ? Ce genre de carcan est complètement artificiel selon moi ! Mais à chacun de se faire sa règle !

  17. Ben pour moi, un format exotique, c’est le signe d’un cadrage qui s’effectue après la prise de vue, sur l’ordinateur. Alors que le cadrage fait partie intégrale de la prise de vue, justement !
    Alors si on ne peut plus apprécier cet art du cadrage… 😉

    Bien sûr, je laisse la place aux formats que l’on ne peut réaliser dès la prise de vue, faute du matériel adéquat (c’est le cas de la plupart des carrés par exemple).

    L’autre raison, c’est que les formats historiques de la photographies (3/2, carré, …) ne doivent probablement rien au hasard : je pense, sans en être sûr, que des critères esthétiques ont conduit à leur adoption.
    Alors que le 4/3 est issu de la télévision, et le 16/9 du cinéma.

  18. @ Tristan le 16/9 correspond quand même au format “marine” des châssis des peintres et il est construit sur la base du nombre d’or, c’est pas rien.Quant au 4/3 c’est le format portrait des châssis… Effectivement ce ne sont pas forcement des formats historiques de la photographie , mais question composition ils ont fait leurs preuves.
    Enfin j’dis ça, j’dis rien …
    un petit lien assez explicite
    http://jpg.artistepeintre.chez.com/pratique.html

  19. @Henri : j’ignorai ces formats de la peinture. Mais pour ce qui est du nombre d’or (1,618) il ne correspond ni au 3/2 (1,5), ni au 16/9 (1,77) 🙂

    Les formats de peinture, pour la France, donnent des rapports un peu variable, selon la taille (source Wikipedia): autour de 1,3 pour la “figure” (proche du 4/3 de la TV donc), proche de 1,5 pour le “paysage” (donc équivalent du 24×36 argentique), et autour de 1,8 pour la “marine” (très près du 16/9). Finalement tu as raison, hormis le carré, on retrouve dans la peinture “presque” tous les formats en vigueur aujourd’hui.

  20. Merci de ton commentaire, Tristan.
    Comme mon boîtier ne me permet pas de faire des “formats allongés”, quand je cadre une photo, je pense (en même temps) à mon recadrage. Je vais retirer un peu d’avant plan… Ou de ciel. (Par exemple pour mes paysages).
    Voilà, ce n’est ni bien, ni mal… C’est comme ça que je le ressens. Et c’est comme ça que je fonctionne. Je suis attirée par ce format, et je le partage.
    (Je me sers aussi de l’ordinateur pour passer mes photos en BW, cela m’arrive. 🙂
    Oui, j’utilise parfois, plusieurs outils. )
    En aquarelle, j’aime aussi ce format “allongé” (en vertical ou horizontal) de même que les carrés… Je coupe souvent ma feuille aux dimensions que je désire… Voilà, pour moi, c’est simple.
    Certains formats japonais allongés, dont j’oublie le nom, me plaisent bien. Voilà.
    Vive la pluralité des manières de voir. Tes carrés me plaisent beaucoup. Penses-tu aussi à ton recadrage quand tu fais tes photos? As-tu du matériel qui te permet de faire directement du format carré? En tout cas, le résultat me plait. 🙂
    Pour moi, c’est le résultat que tu proposes qui est le plus important, plus que la manière/technique que tu as employé. Mais bon, ce n’est que mon modeste point de vue et je respecte les autres.

  21. En écrivant une reponse, je n’avais pas vu qu’Henri et que Tristan avaient postés….
    Ce n’est pas bien grave. 🙂

  22. @ Brigitte j’adhère complètement à ta façon de concevoir un cadrage pendant et après la prise de vue.Beaucoup de mes carrés ou de mes 16:9 , je les vois à la prise de vue, même si mon boitier est réglé sur du 3/2.
    Lorsque tu parles de formats japonais ,d’aquarelles, je comprend mieux certains de tes cadrages (que j’aime beaucoup), comme “KO”. On peut aussi parler de la composition.Les règles de compositions occidentales auxquelles on se réfère souvent, sont assez différentes des règles de composition de la peinture asiatique par exemple,
    et selon nos goûts ,cela influence notre façon de photographier.Mais c’est un autre débat…

  23. Comme Brigitte et Henri : l’idée est déjà là à la prise de vue, le post-traitement (notamment en matière de cadrage) est déjà présent et le format exotique naturellement intégré. La version N&b aussi dans 90% des cas. Mais certaines images sont aussi d’emblée réservées à la couleur et au format 3/2. Mais je refuse un carcan qui briderait mes envies de photos … Il n’empêche que c’est MA vision des choses et qu’en aucun cas, elle doit s’imposer à tous : à chacun sa règle !

  24. Une chose est sûre, rien ne dure alors les canons de la composition et du format… Du moment que ça fonctionne, procure une émotion et que l’on sente une authenticité, tout me va.

  25. Olivier résume bien ces échanges qui se complètent assez bien !

  26. Et voilà comment l’irruption de la peinture dans la photographie “fout la grouille”… 🙂
    C’est le monde à l’envers.

    Pour répondre à ta question Brigitte, je décide toujours du format à la prise de vue (à 99%). Pour les carrés, soit j’ai la visée au carré (smartphone), soit j’ai des repères carrés dans le viseur (réflex). Dans ce dernier cas, je prends la photo au format 5/4 (pour économiser les pixels inutiles – mon appareil en 3/2 sort 40 Mo par photo !) et je la passe au carré ensuite.

    Seul regret : que le fabricant de mon appareil (N….) n’ait pas jugé bon de proposer la prise de vue en carré, comme il le fait pour le 5/4.

  27. Très belle finesse des branches.
    Perso j’aurais craqué pour un beau carré .

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.