11 Commentaires
  1. Quel dégradé, j’y vois presque de la couleur, Brigitte tu dois sûrement être dans une sérénité pour une telle prise, cordialement

  2. On pense au “Déjeuner sur l’herbe”, le film (celui du fils Jean) ou au “Bonheur” d’Agnès Varda…
    Soit une soyeuse clairière chargée de promesses de voluptés, en quelque sorte.

  3. Une prairie d’herbes folles soyeuses et lumineuses, le refuge possible de l’ombre des arbres de l’arrière plan, l’endroit est parfait, le moment accueillant, pour se délecter du printemps… et de l’image (surtout lorsqu’il pleut sans arrêt depuis 2 jours!)

  4. Merci à vous trois.
    Eric… Tu parles de couleurs. Bien vu. L’original en couleurs me plait beaucoup.Pour la sérénité… Un solide sens de l’humour ne suffit pas?
    G. Bertrand. Les promesses de volupté sont adressées par Gilles Clément aux élèves de Normale Sup Lettres, à Lyon…
    Pour le fiston Renoir (que j’adore!) oui. je ne me souviens pas d’une scène du Bonheur de dame Varda qui pourrait l’évoquer.
    JLB; Ah le printemps tardif ça fait aussi de beaux films!

  5. Un petit peu trop sombre pour imaginer l’arrivée du printemps, il faudra encore attendre ! 😉

  6. Belle lumière, mais je ne vois pas le muguet qui n’est pas un porte-bonheur, mais une redoutable plante toxique mortelle…

  7. Merci estienne pour ton passage.
    Jean-Marc, franchement… Tu as déjà rencontré des gens qui grignotent du muguet?…

  8. Il y a des cas, confusion avec l’ail des ours, il suffit même de boire l’eau qui a contenu un brin de muguet, les baies après la floraison qui sont très sucrées, etc.

  9. Il y a aussi celui de Trousse chemise chanté par Aznavour ou celui, plus inquiétant des “bonnes femmes ” de Cahbrol. Les sous bois sont riches d’évocations possibles.

  10. Très bel éclairage ( que je n’avais pas remarqué lors de mon dernier passage sur LVEG à cause d’un rayon de soleil sur mon écran)

  11. Merci à vous.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.