Bonjour à tous,

Une image du week-end dernier à partager avec vous. Depuis quelques temps je tourne dans des zones de travaux, un mix entre le chantier et le paysage contemporain. J’ai d’abord repéré les lieux afin de vérifier l’orientation par rapport à la lumière solaire et les points de vues possibles. La prise de vue a été réalisée le lendemain.

Développement NX2, conversion N&B Lr.

A vous lire,

Olivier R.




Olivier R.

A propos de moi... Je vis au Havre, j'aime la photographie contemporaine sans oublier celle qui fut à l'origine de mon intéret pour l'image. Si ce n'est pas clair pour vous, sachez que ça l'est encore moins pour moi. Mon espace photographie... Andreas Seranno, James Natchwey, Michel Comte, Jeanloup sieff, Hiroshi Osaka, David Lynch et bien sûr Portishead.
26 Commentaires
  1. Ca fait plaisir de te retrouver ici Olivier.
    Je ne suis pas le mieux placé pour parler de ce genre de photo,mon cœur va plus vers ta dernière publication qui me touche beaucoup,ou d’autres plus anciennes où je retrouve plus de sensibilité et d’émotion, mais c’est tout le charme de LVEG cette diversité de regards.

  2. Merci de ton com, Henri.
    Un gros projet qui vient d’aboutir m’à a la fois tenu éloigné de LVEG depuis quelque temps en plus d’avoir -un peu- réorienté mes envies photographiques. Mais comme tu le soulignes, la diversité à du bon ! 😉

  3. Idem Henri pour la préférence exprimée.
    Quant à celle-ci, l’édition me paraît moins aboutie que tes autres publications.
    Ou bien c’est la distance avec le sujet qui rend une certaine fadeur ?

  4. Attirant, les zones de grands travaux, et pas si facile que ça à exploiter 🙂
    Là on sent que la photo a été murie (choix de l’heure, du point de vue).

    Mais je ne suis pas convaincu. Peut-être y avait-il des contraintes d’approche que je ne connais pas, mais le choix du format, du cadrage et de la focale me laissent dubitatifs.

    – La photo est dans un rapport 1,25. Recadrage ?
    – L’ouvrage d’art est très vertical et n’occupe que très peu d’espace horizontalement. Pourquoi ne pas s’être déplacé vers la gauche et d’avantage occuper l’espace de la photo ?
    – Enfin, on sent qu’avec les échafaudages et la partie finie du pont, il y avait matière à quelque chose, mais que le photographe était trop loin.

  5. Dès que j’ai vu cette photo, j’ai su qui en était l’auteur.
    Comme une reprise de chantier dans la lignée de tes dernières parutions. Vérification faite, les ruptures paysagères ne me semblaient pourtant pas dater de si longtemps. 😉

  6. Bien vu Loïs ! Les Ruptures Paysagères étaient peut-être les prémices de ces futures envies… De la photographie anticipative, en quelque sorte !

    Pour l’édition, boléro, peut-être une question de distance mais aussi et surtout de choix d’une matière N&B différente de ce que j’ai pu pratiquer auparavant. C’est encore en phase d’observation, même si dois dire que tiré sur mat, le rendu me plait beaucoup. Sans doute trouves-tu le rendu moins smooth que mes précédentes publications. Le sujet appelle sans doute ce type de traitement pour abonder dans le sens de sa monumentalité.

    En ce qui concerne le format de capture, Tristan, c’est du 5:4 natif (Nikon D800E). Je souhaitais une forme quasi abstraite de ce viaduc. Monolithique, froide et étrange, tout juste raccordée à la forme humaine par la structure à gauche et ses escaliers. Je n’avais aucune contrainte de temps ni de placement ! J’étais seul avec mon trépied un samedi matin très tôt. Je n’ai donc aucune circonstance atténuante ! 😉

  7. Bon, tout d’abord, je n’ai pas relié immédiatement Olivier R. à Tinange. Mais grâce à Loïs 😉
    Du coup, je me remémore certains de nos vieux débats sur certaines photos… irréconciliables quelquefois 🙂

    Techniquement, puisque nous sommes quasi équipé pareil, comment obtiens-tu du 5:4 natif sur le D800E ?

  8. En choisissant la zone d’image dans le menu prise de vue. De mémoire, dans l’ordre, FX, coef 1.2 (homothetique au FX mais générant des fichiers de 25 Mpxl), DX et enfin 5:4. 😉

  9. Merci. J’ai trouvé. Mais il n’y a pas le 1:1 (le format qui me motive, en dehors du 3:2) 🙁

  10. Effectivement, pas de carré. Mais en activant le quadrillage dans le viseur, les deux verticales droite/gauche forment un carré parfait (idem en LV). Dans ce cas, je te conseille le choix du 5:4 pour limiter le poids de tes fichiers et allonger tes cartes CF.

  11. Vu. Merci du tuyau. Dommage que le 5:4 ne soit pas dans les réglages persos (sauf erreur). Ceci dit, il faut vraiment que j’épluche le manuel à fond !!!

  12. Il est intégrable dans le menu personnalisé en fin de colonne pour un accès direct. Tu peux aussi paramétrer les jeux de réglages prise de vue (A, B, C et D) pour des configurations boitier spécifiques. RTFM comme disent les forums anglo-saxons ! 😉 😉 😉

  13. Les ponts dans les paysages urbains sont souvent des théâtres très intéressants pour la photo.
    Je trouve cette prise de vue déroutante car ce pont n’offre pas une perspective harmonieuse comme c’est souvent le cas, mais il crève l’écran.
    C’est surement le but recherché par l’auteur nous dérouter par le choix d’un cadrage hors norme.
    A+

  14. L’angle de prise de vue donne un résultat spectaculaire mais un format carré, en éliminant l’échafaudage de gauche aurait tonifié le dinosaure ! Enfin, avec un ciel d’un gris aussi doux, un papier mat peut être une excellente alternative …

  15. J’aime beaucoup l’idée du dinosaure, Estienne. Il se rapproche du monolithe architectural, en ruine ou en construction, tel que je l’ai vu. En revanche, Je continue de penser que l’échafaudage de gauche, par sa taille, fait écho et contraste avec le monolithe de gauche. Pour le papier, je te rejoins complètement. J’ai une pochette d’Awagami qui devrait être ouverte demain ! 😉

  16. Je travaille avec un mat plus modeste car j’utilise depuis peu ce rendu si particulier mais qui magnifie les gris en les rendant soyeux, caressants et désirables … 😉

  17. Je te rassure, c’est un Murakomo en 42g que j’ai a essayer. Pour le Bizan 200g bords frangés, on va attendre d’être missionné sur un chantier au Qatar. 😉

  18. Lègére modification du fichier. Hautes lumières plus douces, ombre un peu plus ouvertes sur le haut du dinosaure et pétouilles corrigées. J’avais oublié l’exigence des acteurs de ce blog… Vous me renvoyez dans mes cordes, merci ! 😉

  19. En l’état, apparemment aucun noir même limite et c’est ce qui me dérange. Le blanc (cramé) me fait peur mais un peu de noir structure une image en soulignant les traits principaux. Ce n’est pas indispensable (voir votre publication suivante “de dos”) mais sur ce genre d’images, cela lui donne du tonus à peu de frais. J’utilise souvent sur LR le curseur “ombres” sous la courbe pour approcher le zéro et je trouve cela très efficace …

  20. Et je reste persuader qu’un carré serait meilleur …

  21. “… persuadé …” que é serait meilleur … 😉

  22. Tu nous gratifies d’images peu contrastées même si celle-ci l’est plus que la suivante, mais il y a suffisamment de force dans cet enroulement qui va épouser la diagonale et renvoie à l’échafaudage de gauche pour un équilibre nécessaire.

  23. hervé, tu as lu le paysage comme je l’ai photographié. 😉

  24. Votre photo m’évoque irrésistiblement le beau livre de Maylis de Kerangal: Naissance d’un pont…

  25. Cet exosquelette de forme oblongue avec ses profonds noirs mats et ses taches blanches me fait penser à un gigantesque orque plongeant dans le “Grand canal”.

  26. Marrant Loïs… L’orque est aussi la référence citée sur mon FB par un photographe havrais… La présence de la mer, sans doute ! 😉

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.