Sébastien Muller

Photographe amateur, amateur de belles photos...
13 Commentaires
  1. jolie pub café 😉
    toujours chiadé le traitement, avec ses touches de lumière… 😉

  2. ça évidemment, c’est signé.
    Traitement “classieux” !

  3. Merci pour vos deux sympatoches commentaires 😉

  4. Mêmes remarques que sur Nature Morte II : dommage de mettre une telle maîtrise technique au service d’une photo sans émotion : c’est superbe mais froid, malgré le beau travail dans les tonalités chaudes.

  5. Belle image… triple buse!

  6. navrée.. mais idem philippe..

  7. Dit laani, j’ai découvert certaines images très chouette de toi ici… ( je repasserai )
    Il serait vraiment sympa, Philippe et flo g d’être un peu plus explicite, de mettre le doigt sur le côté “froid”, que je comprend “sans âme” “sans émotion” de cette image pour éventuellement m’aider à “avancer” car je suis moi-même conscient d’un certain vide dans cette image, que je rapporte à une composition imparfaite, il me semble…

  8. Non, Chris, ce n’est pas que la composition soit imparfaite,
    mais au contraire, Chris: enfin pour moi.. elle est BEAUCOUP 😉 trop parfaite.. aucun interstice pour une petite erreur où pourrait s’engouffrer notre imagination.
    Vous nous offrez tout.. alors on a envie d’autre chose.. je ne sais pas si je suis claire, Chris, mais vous avez une telle maîtrise, on aimerait que vous en profitiez pour vous laissez aller, improviser, sans calcul.. En gros.. que vous “soyiez fou”.. 🙂 C’est une image, bien sûr 😉

  9. Etant du même avis que Philippe et Flo, je vais essayer de dire pourquoi… La 1ère chose, c’est que c’est une scène artificielle, et ça se voit. Tout est propre et agglutiné au même endroit, ce qui n’arrive pas dans la “vraie vie”. La 2ème, c’est que ça fait cliché (au sens figuré). Il ne manque que la branche de caféier, ou la photo du planteur. Pour illustrer une pub ou un bouquin sur le café, ça peut le faire. Mais c’est du figuratif artificiel (on y revient), c’est du faux et donc il ne s’en dégage rien. La 3ème chose est qu’il n’y a pas d’élément vivant, ce qui n’est pas indispensable, mais qui ajouté aux précédents, renforce encore le côté faux de l’image.

    Hope that helps.

  10. Idem que Philippe, Flo et Tristan.
    J’ajouterai que puisque cette photo est dans le genre “nature morte”, il faudrait qu’un sujet principal se dégage.
    Ici à mon avis, il y en a trop, 4 sujets (le masque, le moulin, le sac de grains, la tasse) tous un peu sur le même plan d’importance, même netteté, mêmes teintes. Impression renforcée j’ai l’impression en plus par une focale longue, effet de perspective écrasée, absence de “plans”.
    Conséquence, l’œil ne sait pas sur quoi se diriger. Ce qui paradoxalement crée l’impression “d’un certain vide dans cette image“, puisque “rien” ne se dégage de l’ensemble.

  11. Je vais tenter d’être plus explicite et de donner des pistes.

    Là, je m’ennuie profondément, pour les raisons évoquées par Tristan. Mais en même temps, je vois un vrai savoir-faire technique et une volonté de sublimer la choses photographiée, ce qui me donne envie de réagir, à la différence d’autres photos ennuyeuses sur lesquelles je passe et c’est tout.

    Cette approche technique a pour mérite de révéler les lumières, la matière des objets photographiés. Pourquoi vouloir les apprêter de la sorte ? La mise en scène est artificielle, et du coup la technique parait artificielle. A l’origine, c’est un problème de sujet, et je vous conseille de prendre le contrepied absolu de ce que vous faites là. Comme dit flo “soyez fou”.

    3 pistes de travail :

    1. Je l’avais évoqué dans “Nature Morte II” (trop morte justement…) : faites une composition comme celle-ci, mais introduisez l’incongru, des objets inattendus, des rapprochements contre nature, etc. Introduisez le grain de sable dans la perfection. C’est ce qu’attend flo : “aucun interstice pour une petite erreur où pourrait s’engouffrer notre imagination”.

    2. Concentrez-vous sur un seul objet : je suis sûr que le moulin à café tout seul (sans grain de café, sans rien) serait beaucoup plus intéressant que la scène avec tous ces objets. La technique sublime l’objet, laissez-là s’exprimer pleinement sur un seul. Voir les poivrons et autres légumes de Weston, la fourchette de Kertesz. On redécouvre l’objet grâce à la maîtrise photographique, mais on ne voit pas la technique photographique.

    3. Ne touchez à rien : photographiez un truc qui existe que vous n’aurez pas mis en scène, de préférence qui vous semble pas bien construit ou équilibré, mais qui soit un truc qu’on voit dans la vraie vie. Puisque vous êtes dans la cuisine, ouvrez votre placard à vaisselle ou à balais et photographiez sans rien toucher.

    A suivre sur la vie en gris, j’espère…

  12. Très intéressant !!
    Je pense que j’ai enfin trouvé des mots expliquant certains de mes sentiments. Et pour ça merci beaucoup à tous !
    C’est vrai que j’ai voulu une approche classique de la nature morte pour cette image, une erreur.
    Je vais explorer le côté impromptu, et la petite touche décalée qui pourrai donner une âme à l’image.
    et merci et à très vite 😉

  13. Effectivement comme la très bien expliqué Philippe.
    C’est un peu comme dans la peinture ou le dessin.Il faut savoir s’arrêter a temps , a trop vouloir en mettre on finis par nuire au sujet.Le moulin a café avec le petit sac de grains constituait déjà un bel ensemble.Regardez l’art floral Japonais l’Ikebana , tout est dans la sobriété.Et ne pas “trop en faire ” dans la photo esthétisante , les petits grains de café son trop bien placés.Enfin , la critique est toujours facile… Quand j’ai vu votre photo j’ai pensé au film Out of Africa , donc il sait passé quelque chose….Et la lumière est superbe 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.