15 Commentaires
  1. « Here’s to you Nicola and Bart
    Rest forever here in our hearts
    The last and final moment is yours
    That agony is your triumph. »

  2. Elle est de qui cette “installation”?

  3. Que veux-tu que je te réponde, Irène, car je ne comprends pas très bien le sens de ton intervention. Qu’elle est de moi (je m’y suis attelé cet après-midi), mais surtout qu’elle est pour quelqu’un (cf le titre), et selon la sensibilité de chacun, l’intérêt ou non que l’on peut porter à certains sujets qui nous regardent (ou pas), qu’elle est peut-être pour quelques autres, mais apparemment pas pour toi.
    Oui, Hervé, Joan Baez si les photos savaient chanter.

  4. Elles le savent aussi !

  5. Toujours, l’ambiance est plutôt à l’introspection !
    😉

  6. Francis, tu as très bien compris le sens de mon intervention! Tu nous montres quelque chose, c’est normal de se poser cette question, je ne vois pas où est le mal! Cette représentation ne m’émeut pas du tout, mais je suis très touchée par la condamnation, la mort de Troy Davis…

  7. L’émotion ne m’intéresse pas beaucoup, en tout cas, ce n’est pas ce que j’ai cherché à transmettre. Je lui préfère l’indignation et aux larmes la colère. C’est un homme au milieu d’une liste, le dernier aujourd’hui, demain un autre. Ce n’est pas esthétique, car la mort ne l’est pas. C’est froid, comme la mort.

  8. Francis, l’indignation et la colère sont des émotions!

  9. Francis nous donne à voir une lecture de l’actualité à travers une démarche artistique, et sa démarche n’est pas de nous émouvoir mais de nous sensibiliser. On voit assez peu de photographies traitant de l’actualité sur ce blog, alors quand il s’en présente une, il faut le souligner. Ce serait d’ailleurs intéressant, nous autres photographes, de nous prêter à l’exercice afin de voir par l’image ce que l’actualité provoque en nous et sur les spectateurs.
    Au delà de la photo, il y a le sujet et le choix du sujet. La mort, l’exécution, la peine, la justice américaine archaïque, injuste car ce n’est pas justice humaine de décider de la vie ou de la mort d’un homme même s’il s’est rendu coupable et qu’il est jugé comme tel. Toute justice reste faillible. La condamnation à mort est un abus de pouvoir et donc un défaut grave de cette justice. A mon sens on ne peut pas prendre le risque, et certainement pas quand on se réclame démocrate, de condamner un innocent à mort, sans quoi c’est tout un système qui s’écroule. Aucune exécution n’a apporté plus de justice, au contraire cela confère à chaque fois un peu plus de poids à la vengeance et un peu moins à l’humanité.
    Je trouve aberrant que cette sentence soit encore en vigueur dans le monde et je trouve cela plus écœurant encore que cela se passe toujours de cette manière aux Etats-Unis. Il faut que cela cesse, et cette photo, son titre et l’écho qui se fait entendre dans l’actualité aujourd’hui est là pour nous le rappeler. Photographies et photographes engagés… A nous de voir et de le montrer!

  10. Je pense que le but de ce site n’est pas de montrer ou de démontrer que l’on est ou son contraire pour la peine de mort.
    Mais le fait que Francis ait photographié ses émotions en mettant un titre qui rappelle un fait est une bonne chose.
    L’image est là pour laisser transparaître ce qu’il ressent, et je lui suis gré de ne pas ajouter un texte contrairement à Benjamin.
    D’autres sites sont présents pour la polémique.
    Quant à moi, j’applaudis la mise en scène photographiquement parlant, et je n’ai pas ajouter mes convictions.
    Amitiés

  11. Il y a dans cette photo de la dignité et de la révolte.
    Une instalation simple et expressive qui peut faire naître bcp de sentiments et d’interrogations.
    Sans fioritures, ça dit beaucoup de choses.

  12. Selon le contexte, une image exprime tellement d’aspects différents. La mise en scène de cette photographie est très polysémique. Enlevons le nom du condamné à mort exécuté, à quoi fait-elle penser ?
    Le concept même de photographie engagée est lui même très multiforme. Par exemple, pour revenir aux Etats des Etats-Unis qui pratiquent encore la peine capitale, les journalistes (et photographes) étaient conviés à l’exécution. Leur relation de cet événement se substituait en quelque sorte à l’exécution en place publique. Par la suite, l’imago de la mise à mort est devenue la meilleure arme des groupes opposés à ce type de peine.
    Pour revenir à une petite critique formelle, j’aurais gommé les prises électriques sur plinthe et plancher afin de donner à ce sol un aspect totalement lisse.

  13. La prise électrique est très importante pour la chaise :mrgreen:

  14. DB, ce n’est pas mon commentaire qui crée la polémique mais bien les Etats-Unis d’Amérique qui tuent des gens sous prétexte de rendre justice. Je suis contre et je le dis haut et fort au risque de vous déplaire. Certes nous sommes photographes, certes nous aimons prendre de belles photographies, mais personnellement je ne suis pas que ça et ne fais pas que ça! Je suis un homme sensible, doté de convictions et lorsqu’un espace se présente, en l’occurence ici un espace d’écriture pour réagir à une image mais surtout à un sujet d’actualité, alors je l’utilise, je m’exprime, c’est tout aussi nécessaire que la photo qui nous ai présenté. Il n’y a pas que la technique et la forme qui sont important en photographie, il y a aussi le fond qui, pour moi en général et ici en particulier, est porteur d’un message. Je ne fais que traduire une image avec mes yeux, mon verbe, bien sûr la photo de Francis est là pour laisser transparaître ce qu’il ressent, mais ce que je ressens moi, ça n’a pas d’importance? Quand est-il alors de votre façon de photographier si l’avis des autres vous importe si peu?
    Sans polémiquer, mais en colère, cordialement…

  15. Colérique certes je m’en aperçois.
    Mais je reste fidèle à ma première idée. Celui qui doit démontrer son sentiment c’est le photographe et ici, avec son titre et son image il a su le faire d’une manière discrète mais très visuelle, tout en exprimant très bien ses sentiments.
    Et je pense que sans un besoin de texte il a su montrer son indignation et je l’applaudis pour cela.
    Mais si ici, chacun se prononce pour ou contre quoi que ce soit cela devient un forum philosophique.
    Imagines tu dans des expos comme le visa pour l’image où des photos largement plus dures que celle-ci et qui indignent beaucoup plus (enfants soldats, meurtre au hasard pour prouver qu’on est un homme au Venezela, jets de pierre contre chars d’assauts etc….tout le monde se mettrait à s’exprimer pour ou contre, quelle cacophonie.
    Garde tes idées, je garde les miennes, et notre polémique pas plus que ta colère n’ira plus loin.
    Cela ne s’appelle pas de la lâcheté, j’ai mes opinions et je sais les défendre, mais je le fais dans les lieux qui leurs sont dévoués.
    Cordialement et si tu veux continuer tu le fais en perso.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.