Bernard Lvq

La photo, un regard au-delà des mots et un partage
9 Commentaires
  1. J’aime bien ton effet “derrière la vitre” 😉
    Mais ce personnage surgi du passé, est de trop à mon humble avis..
    En tout cas bravo pour la performance technique!

  2. J’aime beaucoup, parce qu’on se perd et dans le temps et dans la photographie>

  3. L’image derrière la matière du tableau attend son heure, le personnage du passé attend Magritte.

  4. Peut être sans le personnage du premier plan, mais une bien belle image .

  5. La salle sombre dans l’obscurité.Le pianiste plaque les premiers accords.Femme fatale et héros positif.Quelque chose des débuts du cinéma.Très picturales plumes de boa ou volutes de fumée…

  6. Ce soir, et depuis la photo de Solong, c’est étonnant comme l’on/je parle et pense à Magritte… du rêve, le jeu visuel jouant avec l’absurde, de la légèreté, du plaisir.

    J’aime beaucoup tous vos commentaires, pour leurs différentes approches.
    Cela aussi me rassure sur le sursaut de vie ou le regain d’intérêt dans LVEG 😉

    Irène, ce photomontage est très facile à réaliser (visage de la femme seul). Pour le petit personnage je n’ai rien fait, il était déjà présent là, un quidam l’avait collé là … juste eu la chance de le voir et de le “transformer”… un personnage du 19e siècle en effet, cinéma, oui.

  7. Bernard, si tu as le temps un jour, j’aimerais savoir comment tu procèdes pour ce genre de montage, si ce n’est pas un secret bien-sûr! 😉

  8. Ce n’est bien évidemment pas un secret… à la portée de main de toute personne manipulant un tant soit peu psd en utilisant les calques et les masques.
    Je t’expliquerais en milieu de semaine prochaine car j’ai quelques jours de congés 😉

  9. Voilà ! J’ai enfin compris : le medium entre les générations, c’est le badigeon !
    Et le badigeon, c’est pas Jouvence, c’est photoshop !
    C’est ça ?
    [j’y retourne immédiatement]
    ;o)

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.