Bernard Lvq

La photo, un regard au-delà des mots et un partage
11 Commentaires
  1. c’est tout flou, je ne vois pas trop l’intérêt de cette photo…;-)

  2. J’aime bcp ce rendu façon tilt shift mélangé avec cette mise en scène et ces mini sculptures.
    Ça crée une ambiance assez bizarre et déstabilisante.
    J’aimerais savoir ou tu as pris cette photo?

  3. J’aime bien l’aspect “miniature”, style crèche de Noël, mais là c’est plutôt les marchands du temple 😉

  4. Oui, des santons orientaux! 😉
    Sinon, c’est curieux, j’aimerais savoir ce que c’est…
    J’aime bien l’ambiance qui s’en dégage.

  5. Pour moi les contes des mille et une nuits sont joyeux et colorés, et pourtant j’aime bien cette vision flou et l’aspect « poussiéreuse » de la maquette .J’aime bien le personnage de droite c’est lui qui donne tout le mystère à cette scène, mais Shéhérazade au centre (si c’est elle ?)n’a pas le charme des danseuses orientales. C’est temps ci, LVEG est dans une phase contes et mythologie , ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire. 😉

  6. Diable, LVEG a un sursaut d’activité… ouf !

    Philippe Schalk… tout n’est pas forcément net en photo, heureusement.
    Maintenant l’intérêt c’est chacun qui en fixe les limites et y voit un intérêt celui qui accepte de se laisser prendre au jeu, de laisser gamberger son imagination… prendre un peu de temps aussi.
    L’intérêt d’une photo peut être aussi de approcher/comprendre la personnalité d’un(e) photographe, quelque errance puisse avoir celui-ci. Sur LVEG il y avait une artiste du flou, du viscéral, du non-dit, du sombre… ce fut une mémorable et marquante découverte.

    Maintenant je n’attends pas que cette photo inspire la majorité de la population de LVEG. Qu’elle fasse réagir est déjà un grand plaisir pour moi, car ces derniers temps le silence était de mise sur la plupart des photos.

    Cette maquette se trouve dans le hall du Musée des Arts Forains à Bercy/Paris. Totalement incongrue dans ce lieu dédié aux jeux d’adresse et de hasard ou de manèges.
    Ce n’est pas un lieu dédié au cirque.
    Le lieu était exceptionnellement ouvert au particulier en cette fin d’année.

    Je suis resté ventousé contre la vitre pendant de longues minutes, essayant de me réduire à la taille (oui j’ai un don de projection) de ces santons 😉 orientaux, me glissant entre les maisons, derrière les volets, au fond de l’échope, extirpant de ma mémoire les senteurs, le bruit, l’agitation d’Istanbul, les gueules, les différents métiers, le porteur d’eau, le couper de charbon de bois, etc.

    La mise au point limitée, cette profondeur floue donne à mon avis cet espace de rêve, cela que tu fais quand tu as le regard fixe et que tu ne vois plus rien net, que tu devines juste des présences.

    Henri j’ai la version colorée bien sûr, très estompée, elle me plaît bien aussi, mais je ne l’ai pas encore postée sur le blog couleur 😉

    merci à tous pour vos commentaires

  7. Je préfère la version couleur et son cadrage plus large…

  8. Merci Bernard, la version couleur est vraiment bien ,mais pour moi celle ci est plus propice à la rêverie et a se créer son histoire .

  9. Les deux (n&b et couleur) tiennent la route !
    Une question : tilt shift ou courte profondeur de champ ?

  10. Christophe “Tilt shift” quoi ? 😉
    Juste une très courte profondeur de champ.

    Merci Irène

    Henri, les couleurs délavées de la couleur me plongeraient un peu plus dans une réalité que j’ai connu en effet bien que les couleurs délavées me plaisent beaucoup.
    Celle-ci concentre l’attention sur le sujet central tout en permettant une dérive dans l’image.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.