( Autoportait )




Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
15 Commentaires
  1. Belle tentative si j’ose dire!
    Je suis moi-même adepte de ce genre de suicide photographique… 😉

  2. Un peu plus de lumière sur le visage et c’était parfait ! Bravo

  3. La coiffure est trop soignée pour qu’on y croit. Le sein et la chemise sont jolis et le visage effectivement un peu trop dans l’ombre. La moitié basse de l’image recèle de beaux détails.

  4. Je l’aurais appelée “l’abandon” ou “la tentation du désespoir”… car rien n’est encore joué et définitif dans ce que me raconte cette image… c’est ce qui en fait toute la force à mon sens, toute la tension, le drame, un tiraillement à l’interface entre l’eau et l’air, le noir et la lumière…; d’un coté la vie, ( ce sein…), de l’autre la tentation tentaculaire des ténèbres… et peu importe alors les détails du visage, quand la photo au delà des traits en raconte tant… Je l’aime pour cette force dramatique, cette impression d’assister à un moment de bascule… Voici en tout cas comme je la reçois.
    Pas un autoportrait assurément, à percevoir la fraîcheur et la vie qui règne sur votre site, ou pointe dans vos com. 😉 Un portrait du doute ou du désespoir plutôt?

  5. PS: Je regrette tout de même cette jambe coupée à gauche, j’aurais bien vu un format panoramique pour allonger tout à fait le modèle dans cet “abandon”…

  6. Plus qu’une noyée, j’ai plutôt envie d’y voir la naissance de Vénus, qui bientôt rejointe par Zéphyr partira vers d’autres rivages…

  7. entre abandon et erotisme pour ma part
    j aime bien.
    peut etre un peu de lumiere pour le visage…

  8. Solong a retrouvé sa verve et j’adhère totalement à son analyse… “Abandon” comme titre, noyée sonne faux ici 😉
    j’aime beaucoup cette photo

  9. Belle tentative de suicide, malheureusement, j’adhère à la critique du manque de lumière sur le visage.
    J’aurais aussi réduit la part d’ombre sur la droite pour laisser plus de place à la jambe coupée.

  10. Comme Dores

  11. Je peux dire “comme vous”, sous ma propre image ? Le visage et les cheveux font qu’elle me frustre toujours un peu, mais il y a certaines photographies imparfaites dont on ne peut se séparer…

  12. Louise, personne n’a jamais évoqué l’idée que tu t’en sépares ! Juste une correction facile à réaliser qui pourrait l’améliorer 😉

  13. Je n’aurais pas oser penser qu’il me soit conseillé ici de m’en séparer 🙂 Je voulais simplement dire que je connaissais déjà ses faiblesses, mais que j’avais quand même envie de la montrer…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.