Louise Marquise

Louise Markise se déguise, et de fils en aiguilles, tisse une toile mêlée d’autoportraits et de poésie volée. Elle funambule entre le mot et l’image, entre la fantaisie et la nudité, les couleurs et les silences. Jeune adulte ou grande enfant, elle vit depuis cinq ans à Berlin.
6 Commentaires
  1. Bienvenue sur LVEG… L’ambiance sombre de sous-bois est bien captée, dommage que l’image ne soit pas à la bonne taille, et que le champ prévu pour la publier ne soit pas utilisé (donc l’image n’apparait pas en vignette dans votre profil). Il n’est pas inutile d’aller jeter un coup d’oeil ici: A lire absolument avant de publier une photo !

  2. J’aime bien cette scène à l’érotisme puissant et chaste à la fois, biblique en quelque sorte.
    Mais je n’aime pas son titre (je l’aurais appelée : “Adam et Eve, après la pomme et juste avant l’expulsion” – Amen)

  3. Très belle entrée dans la vie en gris !

    Il faut bien utiliser le bouton “choisir le fichier” pour que la photo se trouve à la bonne place, sinon la vignette n’est pas créée, et la photo n’apparait pas à d’autres endroits du site. Vous pouvez rectifier ça en allant, dans l’administration, dans Articles > Modifier, choisissez votre article et republiez la photo au bon endroit. Merci !

  4. Cela me rappelle Larry Clark, vos images vont être interdites d’exposition aux mineurs 😉
    J’aime beaucoup !

  5. Je reviens sur cette image qui me plait beaucoup. La façon dont la végétation est rendue ma plait beaucoup, les gris sont beaux. Il y a par contre un truc qui me titille sur les corps, les valeurs sont comme “applaties”, c’est un peu trop lisse.

  6. Elle m’a fait penser, d’emblée, au roman Le Grand Meaulnes. Feuillages.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.