Evry, Février 2010.

“Je suis neige” : Spectacle chorégraphique par la Compagnie Picomètre d’après le conte des frères Grimm.
Photo pendant la pause d’une séance de répétition.




Yvap

Musicien, barbu grisonnant, ça s'impose ici ! 😉 Parisien, me remet à la photo après 30 ans de pause. Pour les fanas de technique : Argentique Minolta SRT-101, XGM. X300s, actuellement XD7 et XD5. 21, 28, 35, 58, 100, 200 mm. Actuellement 24, 45, 85 mm. Scan des négatifs, puis traitement avec CS2. mail : cl.pavy"AT"yvap.net
22 Commentaires
  1. Ta photo est bien mais….
    Le cliché judéo-chrétien de la femme ange, je n’en peux plus !!!
    Ça me fait tout de suite penser à Victoria Secret et Anne Gedes…

    Sinon, j’aurais préféré un peu plus de piano à droite.

  2. @ Jay_Dee : Tu regardes trop les pages de pub des magazines de mode ! 😛

  3. L’association de cette femme-ange et de son accordéon m’évoqueraient plutôt “Les ailes du désir” (Solveig Dommartin assise sur le capot d’une 4CV). Quant au bout de piano, je me demande s’il ne serait pas aussi bien d’en faire simplement l’économie ?…

  4. C’est plutôt ça Patrick ! 😉

    Quant au bout de piano, j’y tiens ! Car si on coupe (j’avais essayé évidemment) le format ne va plus du tout, l’image est bancale et il y a besoin de fermer l’image à droite, c’est ce qui met en valeur l’ange à gauche.
    Je viens de comprendre ce qui n’allait pas, ce coin droit était trop clair, trop distinct et attirant l’oeil inutilement.
    Je l’ai donc assombri, qu’on ne fasse que deviner ce qui s’y trouve, mais cette zone d’ombre est pour moi nécessaire.

    C’est donc cette nouvelle version que vous voyez.

  5. Sans regarder la signature de la photo, je me suis dit “Tiens elle ressemble bigrement à une photo d’yvap” > “Répétition au réfectoire du couvent de La Tourette (Le Corbusier-Xenakis”.
    Quand on regarde l’ensemble de cette autre série tu as une même manière de voir les vues de répétition, une signature évidente.

    Bien sûr “Les ailes du désir” de Wim Wenders.
    Jay-Dee > aller voir > http://rolpoup.wordpress.com/2007/11/07/
    Aller voir aussi Fellini dans cet extrait de La Strada il y a une petite scène qui vaut le déplacement et qui fait miroir dans mon imaginaire avec la photo d’Yvap > http://www.youtube.com/watch?v=lYn-S9Uzppc&feature=related

    Yvap entièrement d’accord pour ce cadrage et ton juste raisonnement.

  6. Beaucoup de charme dans cette image. Je suis cependant un peu gênée par la partie droite de l’image. Le piano a tout à fait sa place, graphiquement avec ses courbes, mais pour moi il devrait plus présent et plus lisible (tout est distinct par ailleurs), donnant à la partie centrale une sorte de densité invisible par son silence au sein du le dialogue suggéré entre les deux instruments.

  7. Beaucoup de poésie dans cette image, néanmoins je rejoins Sister sur sa critique.

  8. J’ai bcp de mal sur cette image, cette zone centrale vide m’attire irrésistiblement et je ne “vois” pas l’éventuel dialogue des deux instruments.
    Par contre, couper à droite juste après la chaise me va parfaitement, car les pieds (de table à gauche et de chaises à droite), eux, se répondent.

  9. Pas la peine de m’asperger de référence cinématographique…
    Tant que vous y êtes, n’oubliez pas non plus extraordinairement minable “Les Anges exterminateurs” de Jean-Claude Brisseau !
    Ça ne changera pas mon opinion sur le cliché vu et revu de la femme/ange judéo-chrétienne (ou plutôt l’antagonisme ange/démon en fait)

  10. Bon cette image fait réagir ! C’est déjà ça à défaut de consensus … 😉
    Merci à tous !

    @ jg : Mais le vrai sujet est justement cette zone centrale ! Pour moi certainement pas vide : La lumière qu’en fais-tu ?
    Reflets sur le sol et surtout la blancheur et le vaporeux de l’extérieur dus à la neige fraîchement tombée, la météo était avec nous ! 😉
    C’est à dire “Le silence” dont parle Sister qui a bien compris, ce qui ne m’étonne pas !
    L’ange et le coin piano (tous deux sombres) sont juste là pour encadrer cette lumière et la mettre en valeur.
    Si en plus ils peuvent évoquer/déclencher d’autres images/ressentis/etc … , tant mieux, mais ce n’est pas leur première fonction.
    Donc faire comme tu le proposes, c’est à dire faire un carré, ne me va pas du tout. Ainsi c’est l’ange qui devient le sujet principal car ramené en premier plan, et ce n’est plus du tout mon propos.

    J’ai redonné un peu de lisibilité au piano pour faire plaisir à Sister et Sylvain, mais il ne faut pas plus à mon avis.

    @ Jay-Dee : Mais qui a commencé avec des références ?
    Tu ne m’en voudras pas si je préfère la compagnie de Wenders et Fellini aux images de pub de lingerie bobo ! 😉

  11. @Yvap : c’est pas faux… Mais références bobos pour montrer justement l’aspect galvaudé du cliché des ailes. Enfin, peu importe.
    Pour revenir à ta photo, je trouve aussi que le piano est soit pas assez présent ou trop peu pour rester nécessaire…

  12. Yvap ! J’aime bien cette photo MALGRE cette zone centrale, mais dire que le sujet de la photo EST la zone centrale, c’est une “défense” un peu excessive, non ?

  13. Christian relis moi : qu’y a-t-il dans cette zone centrale ? Une lumière particulière avec l’ouverture d’espace grâce à la baie vitrée. C’est le sujet et ce qui a motivé la photo.
    C’est pour moi tout simplement une photo d’atmosphère, de silence et de repos, dans un décor où on travaille, pour ça que pour moi le coin piano est important.
    J’ai peut-être très mal choisi son titre qui induit autre chose …

  14. C’est sympa, voila des commentaires qui amènent un petit courant d’air. Çà fait du bien de temps en temps.
    A part çà Yvap, bien que je n’ai strictement rien à redire à ta photo qui me va telle qu’elle est (dans cette représentation décalée de l’ange égaré sur la table, accordéon hors représentation, la chaise vide, le piano silencieux) tu as parfois tendance à nous prendre à contre pied dans tes explications.

    Par le passé tu m’as expliqué qu’il fallait que je me limite au titre, ici en l’occurrence “l’ange” et mon imaginaire s’est fixé sur celui-ci.
    Maintenant tu nous expliques que c’est la lumière le sujet ?

    Bon, je sais c’est difficile de trouver le bon titre 😉

  15. D’accord avec tes explications Yvap. La photo me convient mieux ainsi.

  16. Merci Sister.

    @ Bernard : Ben oui, j’ai souvent du mal à donner un titre, comme ici où je séchais et me suis rabattu sur la chose évidente, mais manifestement à côté de la plaque ! 😉
    Quand je vous prend à contre-pied, c’est parce que vous allez chercher des choses dans mes images différentes de ce qui pour moi l’avait provoquée.
    En ce qui me concerne, mes images sont très rarement construites/pensées à l’avance. Je marche au feeling, à l’intuition, au ressenti du moment, dans une sensation globale.
    Les détails que souvent vous allez dénicher et parfois focaliser, la plupart du temps je ne les avait même pas remarqués !
    Mais c’est pas grave, l’important est que l’image vous raconte quelque chose, même différent de ce qui m’avait moi attiré …

    Après on peut toujours en parler, c’est même l’intérêt de ce site ! 😉

  17. c’est amusant d’arriver en fin de commentaires, quelques fois, parce que je ne vois, ni ne sens ce dont les autres ont parlé, sauf peut-être à propos des allusions cinématographiques..
    Non, ce que je voulais te dire, Yvap c’est l’alchimie du “dehors” et du “dedans”: à l’exterieur de la lumière blanchie par la neige évoquant un grand silence, et puis cette scène intérieure évoquant une musique, et c’est dans ce sens que le piano me parait indispensable ( même si les gris noirs ne m’emballent pas ), et cette femme-ange dont le regard est complètement ailleurs, et dont la présence évoque un son..
    bon, tu n’aimes pas qu’on décortique tes photos: tu as tort, ce que voient les autres me semble toujours intéressant 😉

  18. J’admire la maîtrise du traitement de ce contrejour!

  19. J’arrive moi aussi assez tard sur cette photo après tous ces commentaires et suggestions.
    Tour à tour j’ai pris les arguments des uns et des autres en compte.
    Mon avis à évolué, à la lecture des commentaires, mais c’est toujours la partie centrale lumineuse… et le piano qui captent mon regard.
    Exit l’ange.

  20. Tant mieux monk, c’est le plus important !

    @ Flo : J’ai refait un scan plus poussé du négatif qui n’est pas facile du tout suite à une erreur de temps de développement (surdéveloppé !), d’où des noirs et gris bizarres.
    J’espère que ça te plaira mieux …
    Ce n’est pas que je n’aime pas qu’on décortique mas photos, sinon je ne les présenterais pas ici … simplement je suis souvent surpris de ce que certains y trouvent ! Qui bien souvent m’avait personnellement échappé … 😉

  21. mille fois mieux 😉

  22. Je l’aime beaucoup celle ci Yvap. Vraiment. La première fois que je l’ai vue, elle m’a fait par sa construction l’impression d’un mobile: Un tout en parfait équilibre. Cette impression est restée au grès des commentaires et des différentes versions. S’est renforcée même quand bousculée, tout fini par s’y remettre en place. Alors exit rien du tout ou ça se casse la gueule. Tout semble en suspension dans cette lumière en effet, avec la légèreté des plumes et de la neige, avec ces pieds qui ne touchent pas le sol. Ceux de l’accordéoniste z’ailée, ceux du piano, ceux de la chaise ou de la table. Le temps aussi, suspendu dans cette pause. Aussi le regard de la fille… Si elle avait eu les pieds sur terre, l’accordéoniste serait assise sur la chaise. Cette dissidence me plaît. C’est celle de ces artistes. Pas de cliché ici, mais une allégorie subtile du Spectacle vivant, voici ce que j’y vois… et s’il fallait des anges, et s’il fallait un film, je citerais plutôt… les enfants du paradis…
    😉

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.