Voici la même photo, mais rechargeée avec les conseils d’Yvap




64 Commentaires
  1. idem solong…

  2. @ Solong,
    “Tu ressens”…

  3. Encore une contribution au débat. Quand on choisit de publier une image, elle ne vous appartient plus vraiment. On doit accepter la critique (positive ou négative), c’est même pour ça qu’on la publie. Combien “d’artistes” n’acceptent pas cette critique en tentant de déconsidérer le spectateur : trop intello, trop ignare, trop populaire, trop élitiste… Pas cap d’en faire autant etc… Quand on montre son travail bien sûr on s’expose (normal pour un photographe 🙂 En général je ne réponds pas aux critiques mais je les prends en compte pour améliorer mon travail. Je ne publie une réponse que pour apporter une précision, une anecdote, pour discuter comme avec des amis de ma photo.
    Mais le pire je crois, c’est de ne susciter aucune réaction, de ne provoquer que de l’indifférence. Ce n’est pas le cas de cette photo en tout cas.

  4. C’est bien vu la correction de l’orthographe type institutrice. Philippe, tu ne peux pas autoriser le rouge pour ces commentaires ?

  5. Solong, “A des capacités en orthographe mais ne les exploite pas, peut mieux faire”, je t’ai rajouté l’appréciation pour ton dossier scolaire 😉

  6. Un cours de conjugaison maintenant!.. et voici que vous vous intéressez à la forme désormais! Sur le fond, il doit y avoir plus de l’aridité et de l’angulation du “T” que des courbes agréables du “S” dans le ressenti que j’écris; “je ressenT”, en effet…
    l’Ârt et la grammaire… vous avez d’autre hobbies?

  7. .. ça tourne à l’aigre.. dommage !

  8. C’est vrai que ça devient indigne de LVEG…

  9. Mine de rien, cette photo vient de faire son entrée dans le top des photos les plus commentées…
    Mais on ne sait toujours rien de l’intention de l’auteur. Dommage!

  10. Je croyais que c’était un blog photo, pas un blog littéraire…
    Je retiens de ces débats (plus ou moins réussis d’ailleurs) que s’expriment ici de fortes personnalités (pas exemptes de défauts comme tout être humain) et surtout des gens dont la démarche est profondément sincères, d’où parfois l’impression d’avoir été blessé.
    Que les commentaires sur la photo soient sur la technique, sur la forme, etc peu importe. Reste que parfois sans s’en rendre les commentaires sont effectivement brutaux par maladresse : à l’écrit le ton n’y est pas et une phrase anodine peut se transformer en poignard.
    Effectivement Bernard, qui a allumé la mèche 😉 avec une phrase lapidaire a effectivement employé des termes, involontairement sans doute, un peu durs : en gros “circulez il y rien à voir !” avec en plus le mot “problème”. La photo n’est pas mauvaise mais elle pose un problème. Carrément…
    Le fait est que pour une fois sur ce blog, il y a plus à lire qu’à voir (et j’y contribue ;-))
    Conclusion : Irène reviens !!! 😉

  11. Visite guidée,

    Qui n’a pas rêvé un jour d’avoir une cabane dans les arbres, mais nous sommes dans la banalité du quotidien, représentée ici par ce séjour en désordre, les restes d’un repas sur la table du salon et la télévision qui trône devant la cheminée.
    La vie n’est pas un conte pour enfant, la clarté du jour qui jaillit par la fenêtre du fond nous rappelle à l’ordre, voir les choses en face! En face, justement, il y a la forêt et ses mystères…

  12. Sylvain, je viens lire ton commentaire et remercie! Mais il y a erreur sur la personne, ce n’est pas Bernard mais Philippe qui a dit…

  13. C’était bien moi la brute épaisse 😉
    Ce que dit Sylvain est très juste, mais il faut aussi savoir prendre les commentaires avec un peu de distance, en partant du principe que sont sous-entendus les “à mon humble avis”, “qui suis-je pour juger” et “si je peux me permettre un commentaire”.

    Ceci dit, merci Irène, je comprends (finalement !) ce qui était à voir et que je n’ai pas vu. Si je ne l’ai pas vu, c’est que je n’ai pas lu “la banalité du quotidien” et ce qui l’illustre à cause — à mes yeux — d’une trop grande confusion de cette partie grise. Ma lecture allait plus dans le sens d’un jeu sur la perte des repères intérieur extérieur (extérieur arbres – intérieur pièce – extérieur fenêtre) qui, elle aussi était perturbée par cet intérieur confus. Pour aller dans mon sens il aurait fallu gommer l’intérieur en l’assombrissant, pour aller dans l’autre au contraire le clarifier.

  14. Ouf ! Je suis arrivé à la fin des commentaires qui m’ont fait sourire. Je voudrais dire à Irène que si on publie des photos sur LVEG c’est bien pour avoir des critiques, c’est certainement plus enrichissant que de toujours s’entendre dire “c’est bien” “c’est bien”…………… Merci à LVEG pour cet espace de liberté ouvert sur le monde.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.