Olivier R.

A propos de moi... Je vis au Havre, j'aime la photographie contemporaine sans oublier celle qui fut à l'origine de mon intéret pour l'image. Si ce n'est pas clair pour vous, sachez que ça l'est encore moins pour moi. Mon espace photographie... Andreas Seranno, James Natchwey, Michel Comte, Jeanloup sieff, Hiroshi Osaka, David Lynch et bien sûr Portishead.
7 Commentaires
  1. Ce sont les coquilles de Nono, je les reconnais à nulle autres pareilles !

    Pas totalement emballé, trop dense et çà circule un peu dans tous les sens à part cette masse plus claire qui attire mon attention, mais qui ne me mène nulle part.

    Bon, je n’avais pas pris le temps de visiter le lien “tinange”, et je constate qu’il y a de sacrés clichés !
    Je me suis arrêté, entre autres, sur “Urbanite(és) #1”, magnifique, dense, profond, mystérieux, brut et riche !
    Bravo

  2. Le plaisir de s’évader dans un amas… Je trouve celui-ci très réussi. L’élégance des deux diagonales, le brillant des coquilles… Parfois à l’endroit, parfois pas…

  3. mais non ce sont les coquille de ben ,de la baie de st brieuc biensure ……………

  4. ah non… celles ci sont Normandes !

  5. Ce que j’aime avec les photos d’Olivier c’est qu’elles provoquent toujours le spectateur, difficile de rester passif devant ses images, chez lui la provocation ne s’accompagne jamais d’un viol ni même d’une quelconque escroquerie intellectuelle comme cela arrive dans l’Art…Elles sont brutes et sans détour et moi ça me séduit, parceque j’y vois le travail d’un honnête homme au sens le plus noble du terme.
    Ces gens là sont rares et il me touchent plus tout les autres…

    Cette photo n’est sans doute pas ma préférée par rapport aux autres photos qu’a produit Olivier, mais elle est le reflet du propos que je viens de tenir, c’est pourquoi elle me plait.

  6. Merci à tous pour votre passage sur cette image.

    @Bernard, mes choix photographiques, tant au niveau du sujet que du traitement, sont toujours radicaux. Je ne déteste rien de plus que le tiède, le mollement assumé. Pour cette raison je ne défends que très rarement une image postée. Elle doit tenir seule sans interventionnisme de ma part. Eventuellement je clarifie mon propos, ou plutôt mon intention de propos en fonction des commentaires reçus. Tu dis que ton regard part dans tous les sens ? Parfait. C’est le principe d’une accumulation, il faut que le regardeur soit submergé, égaré, troublé. Le choix de la densité lourde et sourde participe aussi à cette intention. On ne se perd pas en pleine lumière et il fallait relever les brillances dues à la pluie.

    @Ben… Merci… Je sais que pour toi, il y a “Route du môle” et les autres 😉

  7. Ce qu’il y a dans les photos de Tinange c’est la recherche de sensations: densité, consistance, matière, brillance mouillée, les tonalités si recherchées, subtiles..
    l’odeur de la mer vient tout naturellement.
    Je trouve ça très fort, comme avec ta première photo publiée ( Carne ).

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.