On peut toujours rêver…




Matoufilou

La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
6 Commentaires
  1. Argentique ?
    Sinon, belle idée originale que cette présentation renversante. Visiblement, la dame n’a pas l’air d’être tourneboulée.
    Franville

  2. Le fameux septième ciel ?

  3. @ RV : Je n’aurais pas osé une telle affirmation.
    @ Franville : Oui, c’est la série écartée dont je parlais sur la vue précédente. Ma dernière expérience d’argentique, considérée à l’époque comme décevante, avec des produits en fin de vie et une pellicule périmée. Le résultat m’avait dégoûté, au point que, n’ayant pas encore d’appareil numérique à l’époque, je suis resté un moment sans faire de photos. Puis, récemment, je suis retombé sur ces vues et me suis dit que finalement la série n’était pas si mal. Il aura fallu quinze ans.

  4. Apesanteur ? Pourtant il y a de quoi s’appesantir…

  5. La douceur du flou pour magnifier la sensualité ! T’en a beaucoup des ratés de cette qualité ? Superbe et délicat !

  6. Je ne suis pas convaincu, désolé, ni par une version “dans le bon sens”, ni par cette version inversée.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *