Mosquée Jama Masjid, Delhi.




sistereden

Les voyages, l'Asie surtout, m'inspirent et depuis peu Paris.
11 Commentaires
  1. J’aime bien le rendu,
    mais j’aurais peut être décentré sur en haut et à droite le personnage pour laisser plus de place aux chaussures empilées, qui à mon sens, font l’originalité de l’image. 😉

  2. Tous les détails de cette photos sont superbes.. j’aime le regard que tu as saisi chez cet homme, isolé dans son monde intérieur.. le fait qu’il soit devant une mosquée est important pour l’interprétation qu’on peut en faire..
    Et je suppose que ton cadrage est choisi intentionnellement dans ce sens.. d’ailleurs le titre, je crois peut me donner raison..
    D’un autre côté, le cadrage peut préter à confusion, comme le souligne olivier.. Penses tu qu’il aurait fallu le décaler un peu sur la gauche ?

  3. plus je la regarde, plus je me dis que non.. 😉

  4. A froid, je me demande, finalement. Même si, le décentrage isolait un peu plus le personnage; en chaussette sur son tapis avec des centaines de chaussures à ses pieds. Une sorte de recueillement à 2 vitesses.

  5. Je la trouve parfaite ainsi. La partie imposante du bâtiment sur la droite donne l’impression que le personnage est un élément de ce bâtiment. De plus j’aime bien le morceau de tissus en bas à droite qui me semble être un élément important de la photo 🙂

  6. Il est vrai que le visage entièrement centré droite/gauche peut éventuellement gêner. Difficile de se faire une opinion. La pierre de la façade à droite n’est pas très intéressante, mais qu’existe-t-il hors champ à gauche ?

  7. connaissant sister ça m’étonnerait que ce soit un recadrage.. 😉

  8. Je suis gêné sur cette image.
    Pur moi elle est “le cul entre deux chaises”, na pas pris parti soit pour un portrait (personnage plus en gros plan) qui est suggéré par le titre mais tel quel son regard est imperceptible, soit pour une photo d’ambiance et là ça manque manifestement de décor à gauche comme le remarque Jean-Marc.
    Pour moi photo prise un peu “à la sauvette” sans réel soucis du cadrage en fonction de l’intention de ce qu’on veut montrer.
    Désolé d’être aussi dur Sister, mais tu nous a habitué à des choses plus précises ! 😉

  9. >Yvap, je comprends un peu ta réserve, elle vient en partie du titre “pensif”, en forme de clin d’oeil à ta dernière photo, et qui ne convient pas ici. Je ne suis d’ailleurs pas sûre qu’il serve ta propre photo, qui le suggère d’elle-même, et qu’il vient en quelque sorte imposer au spectateur, au détriment d’un regard plus vagabond.
    Ce qui m’a intéressé ici c’est un homme au centre d’un cadre (et hors cadre, extérieur au lieu saint)composé d’éléments significatifs (porte, haut mur, chaussures, étoffe) mais aussi un ensemble de matières (j’ai été également guidée par les couleurs) qui donnent à l’image une sorte d’unité et de prosaïsme. Le regard pensif de l’homme ne se porte pas sur le lointain – la mosquée surplombe la ville – mais est dirigé vers le sol, las, presque douloureux, ce qui m’a autorisé ce cadrage serré, enfermant, cadrage, comme l’a supposé Flo, d’origine, et totalement délibéré, tout le contraire de ce que tu entends par une “image à la sauvette” que je revendique par ailleurs pour la plupart de mes photos (ex: “l’eau des rues”), notamment prises en Inde. Je suis rarement dans le confort bon enfant de la rue Mouffetard, dans les rues de la vieille Delhi, par exemple. Mais c’est aussi là que surgit avec force l’inattendu, la grâce d’une attitude, la beauté d’une expression. Sans doute faut-il être meilleur photographe que je ne suis pour le restituer (il y a d’illustres exemples), mais c’est déjà très exaltant d’essayer.

  10. Ce que j’aime beaucoup, c’est la matière et la position du personnage qui se fondent dans le décor, un peu comme une statue. A gauche, la voute ferme magnifiquement le coin gauche, moi je serais (facile à dire !) allé chercher un peu plus de matière à droite, pour centrer la verticale du batiment.

  11. Marrant, je la trouve très bien ainsi, mais à la décaler, ce serait pour donner du champ, sur la gauche, au regard de l’homme…

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.