Réveillons un peu les endormis !




Matoufilou

« L'une des déchirures propres à la poésie », c'est que, « ce qui est devant moi, au moment où je le dis, il faut justement qu'il ne soit plus. Les objets soumis à l'épreuve du poème, pour pouvoir briller d'un vif éclat, doivent cesser d'être ce qu'ils sont pour devenir langage. » Avec ce paradoxe que « dans le même temps le langage les sauve et les porte à leur être. » (Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ? L'Héritage d'Orphée, Pocket, 2010). Lisant cela, je songe également à la photo, où c'est le même principe : ce qui a été pris en photo (l'objet de la prise de vue) n'est déjà plus, est devenu langage. Et cependant c'est par ce langage qu'il existe, et qu'il prend éventuellement une existence nouvelle, devient, pour reprendre une expression désormais galvaudée, une réalité « augmentée ». Ce paradoxe confirme le cousinage (à mes yeux du moins) de la photo et de la poésie. La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
17 Commentaires
  1. Et ce n’est pas de l’intelligence artificielle…

  2. Sur mon écran la photo est un peu verte, c’est volontaire ? Pour le reste, le format carré est un bon choix. Quant au sujet la prise de vue est bien faite avec le reflet. Ca change des nus féminin.

  3. Le vert galant ! J’ai échappé à ça en ne franchissant pas l’ogive.
    MRVR

  4. @ Anonyme : Petit virage volontaire effectivement.
    @ RV : A propos du Vert galant, ce cher Henri de Navarre, tu connais l’histoire : “Jusqu’à l’âge de 40 ans, j’ai cru que c’était un os.”

  5. J’avais reconnu la moustache ! Pour moi, le virage est curieux, le traitement trop doux mais la composition impeccable : un presque nu bien géré.

  6. Merci Anonyme et merci Estienne pour ce “presque nu bien géré”.
    Pourquoi l’érotisme , tel que le définissait Barthes (“la mise en scène d’une apparition-disparition”), serait-il réservé au seul corps féminin ?

  7. Effectivement.

  8. Entièrement d’accord ! Mais pourquoi en vert ?

  9. En vert et contre tous ? Non, c’est seulement qu’à l’époque de cette vue, j’étais à prendre un virage et que je n’ai pas eu envie de faire disparaître cette trace historique.
    MTFL

  10. D’où le “Réveillons un peu les endormis !” …

  11. “En vert et contre tous”… Excellent titre comme aurait remarqué Jean Paul.
    Un voluptueux et charmant secret, mis en musique par Yves Simon sur le thème connu de “Diabolo Menthe”.
    Franville

  12. Jakez Helias parlait de “la cheville de chair”
    MRVR

  13. Merci pour vos commentaires sur cet autoportrait “à la moustache” original.
    L’origine du monde, sans sa “cheville de chair”, ne serait qu’un potentiel.

  14. Un autoportrait, génial, si on se croise dans la rue, je te reconnaîtrai entre mille.
    MRVR

  15. J’attends le tien, RV, on se reconnaîtra plus facilement quand je reviendrais à Tours.

  16. C’est posté.
    MRVR

  17. De Matou à Minou, on fait la paire.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.