Lyon juillet 2022




Estienne

Apprenti en argentique avec ses labos rouges aux odeurs lourdes de leurs soupes chimiques avant d'évoluer vers le numérique et ses MégaOctets électroniques impalpables et inodores, depuis 50 ans mais toujours Photographe Amateur
7 Commentaires
  1. Ah je préfère largement celle-ci à la dernière, qui était confuse. Ici on retrouve de la légèreté, de la lumière, de la vie. Et ce cadrage est superbe, on respire bien !

  2. A l’avant-dernière (Autres facettes).

  3. Les marches de l’escalier du Matou avaient plus de charme même si elles étaient plus sombres.
    Ici, ce que je ressens, c’est le poids d’une architecture monumentale et bariolée qui paraît accablant pour ce petit personnage en ombre chinoise.

  4. Le musée de la Confluence ne fait pas dans la demie mesure ! Cette espèce de gros cristal est là, entre Rhône et Saône au bord de l’autoroute qui traverse Lyon, pour être la vitrine de la “ville-lumière” ! Donc, oui, monumentale mais pas bariolée d’abord parce qu’une grande partie est vitrée et aussi car les couleurs viennent surtout de phénomènes d’irisation. Une autre facette aussi prochainement …

  5. On a aussi l’impression d’une mâchoire qui se renferme sur le petit personnage.
    MRVR

  6. Personnellement je trouve que c’est la meilleure des trois. La composition bien qu’un peu chargée à mon goût est intéressante et assez forte.

  7. Je partage ton avis, Xavier, la composition enlevée met bien en valeur cette architecture singulière.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.