Peintures de guerre I




Matoufilou

« L'une des déchirures propres à la poésie », c'est que, « ce qui est devant moi, au moment où je le dis, il faut justement qu'il ne soit plus. Les objets soumis à l'épreuve du poème, pour pouvoir briller d'un vif éclat, doivent cesser d'être ce qu'ils sont pour devenir langage. » Avec ce paradoxe que « dans le même temps le langage les sauve et les porte à leur être. » (Fabrice Midal, Pourquoi la poésie ? L'Héritage d'Orphée, Pocket, 2010). Lisant cela, je songe également à la photo, où c'est le même principe : ce qui a été pris en photo (l'objet de la prise de vue) n'est déjà plus, est devenu langage. Et cependant c'est par ce langage qu'il existe, et qu'il prend éventuellement une existence nouvelle, devient, pour reprendre une expression désormais galvaudée, une réalité « augmentée ». Ce paradoxe confirme le cousinage (à mes yeux du moins) de la photo et de la poésie. La « déchirure » propre à la photo, c'est qu'elle ne fait exister son objet qu'en le faisant disparaître.
3 Commentaires
  1. de “l’art comptant pour rien”. Pas mal ça !!

  2. Peinture de guerre, la photographie également ?

  3. Les messages sont multiples sur ce site. Et ce que j’aime bien, c’est la superposition des couches. On en a un petit aperçu ici.
    La photo est aussi une prise de guerre, faite à la va-vite avec un compact emprunté… C’était mon quart d’heure socio-ethnographique.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.