Les branches de néflier déjà scarifiées portant le nom des commanditaires sont à sécher avant d’être travaillées.




Monsieur HR

Né en 1949, habite Tours (37), retraité et syndicaliste Je dirais bien que j'aime mettre mon "grain de sel" mais cette expression est déjà utilisée (à bon escient) par un autre photographe sur le blog . Je pratique la photo en pointillé, de manière un peu erratique, sans véritable style personnel nettement défini, avec un petit goût pour le flou, souvent mal maîtrisé d'ailleurs J'éprouve un vrai plaisir à dialoguer sur le blog et je pense que ma pratique, notamment celle du post traitement informatique de la photo s'est améliorée grâce à ces échanges
18 Commentaires
  1. Késako le makila ?

  2. Le Makila est un bâton de défense utilisé par les basques. Il contient une lame cachée dans le pommeau de la tête du bâton que l’on peut dévisser pour utiliser l’arme. https://fr.wikipedia.org/wiki/Makila
    A suivre.

  3. je ne comprends pas trop la présence du marteau…;-)

  4. La première impression est la même que devant un jeu de tuyaux d’orgue : perspective, alignement, tailles différentes … mais on est sur du bois. J’ai fait mon paresseux alors que la solution est sur le clavier de l’ordi … je m’endormirai plus instruit ce soir ! Après avoir lu l’explication, je suis curieux de voir la suite de cette série !

  5. PS, tu comprendras mieux la présence du marteau (même si il n’est peut être pas à sa place) dans la suite de la série.

  6. ok…j’attends donc avec impatience…;-)

  7. Les ondulations décoratives qui longent les branches sont impressionnantes !

  8. Heureusement que c’est du bois de néflier. C’eût été des fruits, j’aurais alors pensé : “des nèfles pour le marteau ! … Mais où est cachée la faucille ? ”
    Toute ressemblance avec des faits existants ou ayant existé est purement fortuite. 😉

  9. Merci Aliximm de relancer sur le néflier. L’artisan que j’ai rencontré a une convention avec l’ONF qui élève ses arbres, ce qui lui permet de choisir les branches les plus adaptées quelques années à l’avance et de les scarifier quelques mois avant leur coupe pendant l’hiver. Ensuite, les caractéristiques de la branche sont ajustées à celles du commanditaire.

  10. @Monsieur HR : du bel ouvrage peut-on dire !

  11. Tout est en place pour une volée de bois verts…. 🙂
    Bon ben j’attends aussi la suite, le sujet bien amené aiguise ma curiosité.

  12. photo de travail artisanal qui promet de belles choses tant l’objet final met en jeu de matériaux nobles.

  13. Le marteau nous incite à être du côté du manche.

  14. Comme Blagapart … ce marteau semble être une invitation à agir…

  15. Bon, vous me mettez la pression, je l’ai bien cherché, j’espère ne pas trop vous décevoir.

  16. Si la lame est dans le fruit pourquoi le marteau?

  17. Monsieur HR, la pression il est préférable de la boire. Epicétou…

    D’aucuns vont imaginer que ce serait en quelque sorte votre autoportrait. Celui du gars un peu marteau…

    Enfin, et quand bien même je préfère vos photos “humaines” et/ou “humanistes”, vous donnez un peu de vie à ce blog qui en manque cruellement, j’apprécie tout ce qui s’inscrit dans une série…

  18. Brigitte, le marteau parce que nous sommes dans un atelier où l’on travaille les bois, le cuir et le métal et que le marteau, peut être mal rangé y a forcément sa place.
    JM Merci pour la suggestion, je appliquerai à l’observer.Merci également pour ce qui concerne l’autoportrait, ça me plait bien.
    Cette série, réalisée à partir d’une rencontre, est à mon sens assez humaniste. Même si aucun visage n’y apparaîtra (la rencontre était un peu trop brève pour que je m’y autorise), les mains et les traces du travail me semblent, ici, témoigner de l’humain. C’est de l’humanisme indirect.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.