Pilikothi est un quartier musulman de Bénarès réputé pour ses tisserands sur soie.
Le décreusage, représenté ici, est un procédé qui consiste à retirer la séricine, colle naturelle secrétée par le ver, qui recouvre les fils de soie.
Côté pile
Côté faces




sistereden

Les voyages, l'Asie surtout, m'inspirent et depuis peu Paris.
5 Commentaires
  1. La version 2 me semble plus dynamique, moins posée,plus intéressante.

  2. Idem, mais je trouve que sur la version 2 il manque au moins un visage et un regard. Un petit mixte des deux….il faut y retourner.

  3. C’est vrai qu’ils posent un peu, mais manifestement heureux de montrer ce qu’ils font, donc plutôt sympathique, moi ça ne me gêne pas.
    Et c’est à voir comme une série, la première étant ici.

  4. ce qui me frappe c’est leur sourire “tranquille” , un epu identique, que l’on retrouve sur les trois photos, synonyme pour moi, d’élasticité du temps 😉 , de langueur..

  5. @ flo g : L’élasticité et la langueur de la soie, sont des concepts intéressants.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.