La vanité est de Marlene Dumas




blagapart

longue histoire...
18 Commentaires
  1. 3 par 3 bien rangées plus 2 isolées au loin. Et cette fresque à croire que la laverie a oeuvré à délaver le mur.

  2. J’ai toujours tendance à simplifier l’image et je pense que c’est encore ce que j’aurai fait ici. Les trois poubelles grises et la fresque du “Joker” suffisent à mon bonheur !

  3. … et le décor breton! Sur tes photos de murs hantés la mort prend moins de place. Mais elle n’est pas toujours signée Marlène Dumas.

    @Estienne. La répétition des 3 poubelles crée un rythme qui met en valeur ce que tu nommes de façon surprenante: “la fresque du Joker”…

  4. Beau portrait de Berroyer vieillard ( non, c’est pas gentil ! ) , qui ressemble à la camarde. Les poubelles y font aussi référence. Et il y a ces rythmes juxtaposés ( Poubelles, passage piéton, lignes de la façade à droite qui renvoient l’un a l’autre. Finalement je regrette juste ce toît tronqué qui nous prive de la vue complète.

  5. La partie gauche suggère un cortège énigmatique.

  6. Et cette enseigne, et cette enseigne….

  7. Une image qui inquiète, suscite des interrogations, voire un certain malaise. La présence de ce visage en si grand est tout de même peu habituel, surtout qu’il semble dater vu son degré d’usure. Serait-ce un montage? Je m’interroge. De toute manière, une image qui ne laisse pas indifférent.

  8. Riche image. J’aime bcp.

  9. Merci à tous. la Bretagne n’est pas toujours ensoleillée, et, aux jours gris, l’Ankou surveille sa population.
    J’ai apprécié cette série impromptue sur les poubelles, où chacun exprimait sa poubelle, avec son style, avec son atmosphère; et l’on voyait bien que, avant de devenir une poubelle, le monde est contenu pour chacun dans sa vision de la poubelle.
    Parfois, la capacité de ce blog à s’emparer d’un thème d’une manière ludique est réjouissante.

  10. @JLB : oui, c’est un montage ! Mais si tu ne connais pas Marlene Dumas, elle vaut le détour…

  11. Très belle contribution !

  12. Cette (fausse) fresque et ce ciel, ces poubelles ouvertes en rappel des dents du Joker, l’ensemble est un brin inquiétant en effet. Je ne serais trop dire entièrement pourquoi mais cette image semble jouer avec des temporalité différentes : ancien avec le noir et blanc, l’architecture des bâtiments et même le climat, et un présent/futur avec les poubelles, le lampadaire, et ce personnage en pont entre les deux.

  13. Celle qui me fait le plus penser au problème difficile de l’emplacement des poubelles publiques…

  14. @spirithom : ce que tu écris sur les temporalités est une bonne description de la Bretagne. Il manque sur cette photo une référence religieuse en granit bien sombre, qui emmène bien plus loin dans le passé…
    @jb81 : on a déjà réglé le problème des vespasiennes en les remplaçant par des sanisettes. Pour les poubelles, on peut espérer que ce soit plus réussi (on commence à voir des poubelles souterraines, avec une sorte de périscope/vide-ordures qui dépasse du sol…). Le problème de nos déchets, en général, n’a pas fini de nous remettre en cause!

  15. L’Ankou ?

  16. Les poubelles ne me passionnent pas … mais là je dois reconnaître que dans cette composition tout est pensé et mis en en scène par une main de maître.
    Belle palette de gris au passage !

  17. Merci Kora !
    @ Mr. HR : wikipedia : Il ne représente pas la mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante (karr / karrik an Ankoù, char de l’Ankou ou karrigell, brouette) les âmes des défunts récents. Remplissant ainsi un rôle de « passeur d’âmes », l’Ankou est à considérer comme une entité psychopompe. Lorsqu’un vivant entend le bruit de la charrette (wig ha wag !), c’est qu’il (ou selon une autre version, quelqu’un de son entourage) ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l’Ankoù meurt dans l’année.

  18. Hé bé ! ça tape dur tout de même, le Pommeau de Bretagne ! 🙂

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.