hervé

Le réel émeut
23 Commentaires
  1. Ce gag aurait-il fait rire Étienne-Jules Marey ?!
    Je me suis interrogé sur la présence (gênante) du plot métallique sur le trottoir, mais vue l’imbécillité du Jerry Lewis bondissant, j’y plutôt vu un index dressé et moqueur, et je l’ai accepté.
    Une image dense et parfaitement réalisée.

  2. Réalisation personnelle ou photo de rue ? J’aimerais bien savoir quand même.

  3. Tu me fais trop d’honneur, l’artiste m’est inconnu l’œuvre n’étant pas signée, par contre tu es injuste à l’égard du plot qui donne du rythme à la composition avec la séquence petit puis grand poteau final.
    L’ombre qui accentue le drame est elle bien signée par le soleil et les séparations des pierres du bord du trottoir et du haut du mur rappellent la structure d’une pellicule (le machin qu’employaient les cinéastes du temps jadis). Ces explications sont pour Philippe S. au cas où il ne trouverait pas de sens à cette image. 😉

  4. Moi, j’aime beaucoup et le travail du peintre anonyme et celui du photographe !

  5. Moi aussi Etienne, il s’agit de papiers collés.

  6. Si je ne me trompe, cet œuvre sur papier peint a orné les murs de la rue d’Alsace dans le Xème arrondissement, il y a à peu près deux ans, non ?
    Je crois bien l’avoir pris aussi mais, sans arriver à pouvoir mettre un nom sur l’auteur le cliché s’est ensuite perdu dans les méandres des projets écartés !
    En tout cas, une belle suite à Mon dernier WE à Sète.
    😉

  7. Tu ne te trompes pas, derrière le mur, les voies de la gare de l’est, premier août 2013.

  8. Je viens de retrouver mon fichier. Octobre 2013, le 26 pour être exact. Ce wall painting sur papier peint aura eu une longue vie, surtout avec la faune du secteur !
    😉

  9. Il te reste à le poster ou à me l’envoyer, je suis curieux d’en juger la dégradation avec le temps.
    En face du 39 rue d’Alsace il n’en reste rien sur street view (G.Earth)

  10. Si tu le souhaites, je peux te placer un lien sur une édition rapide dans ce fil. Pour une publication fun sur le thème du panneau initié par Tristan., je préfère quelque chose de plus personnel !
    🙂

  11. C’est vrai que nos adresses mail n’apparaissent plus dans “LVEG/commentaires”, oui un lien pour ton site personnel si l’image y est.

  12. Bis repetita !
    Dans l’intervalle, il est allé faire un tour à Sète, aussi !
    😀

  13. Entre les 2 photos, celle d’Hervé ici et celle de Bolero indiquée en commentaire ici, j’hésite. Celle d’Hervé, prise de front, me plait d’avantage pour son cadrage, mais celle de Bolero rend mieux le personnage qui se prend le panneau.

    En tout cas, chapeau au réalisateur des dessins qui a visiblement pensé son œuvre et muri son collage !

  14. D’accord avec Tristan l’effet d’écrasement est plus frappant sur ton cadrage et finalement juste la perte du premier personnage en 3 mois mais le mois d’aout est peu fréquenté. 😉

  15. @ Hervé et Tristan. = Merci ! Mais, à mon sens, le plus important est de voir l’évolution de ces œuvres dites éphémères, surtout quand le hasard permet de voir une même installation sous deux angles et à deux époques. Et je remercie naturellement Hervé d’avoir sorti cette image, que j’avais oublié, ou qui ne me paraissait pas suffisante compte tenu des conditions lumière de cette fin octobre. Par contre, au cours de l’édition de ma version je viens de trouver le fil rouge : ce travail de Street Art est de Levalet, pseudo de Charles Leval, dont voici un lien vers les créations.

  16. Pas toujours facile de faire la part du créateur et celle du photographe dans ce type d’image. Au crédit du photographe le point de vue et l’ombre portée à droite qui apportent un plus à la séquence.

  17. L’enjeu dans la photo d’œuvre est justement d’apporter un “plus” avec un point de vue original. Pas juste photographier l’œuvre, faire une œuvre avec l’œuvre. Et là, Hervé, avec son cadrage au cordeau, a plutôt réussi.

  18. Excellent cadrage pour un effet visuel au top !

  19. @ Hervé: tu écris ,”Ces explications sont pour Philippe S. au cas où il ne trouverait pas de sens à cette image”.
    Et la photo a été prise rue d’Alsace. Tu multiplies les provocations. 😉

  20. @Loïs: Oui la rue d’Alsace qui longe les quais de la gare de l’est, cette publication aussi rapprochée de la précédente n’était pas d’emblée innocente.
    Mais le personnage évoqué ne me fait penser à personne ! 😉

  21. Que celui -ou celle- qui ne s’est jamais pris un poteau en regardant ailleurs lui lance la première pierre…Très drôle cette allégorie de la vie d’un quidam qui , vu son effervescence et sa précipitation doit être un trader de Wall Street …

  22. Ernest Pignon Ernest saisi par l’humour?
    Le cadrage très sobre et très rigoureux est tout à fait ajusté à l’exercice difficile consistant à reproduire l’oeuvre d’un tiers.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.