Ba_d238_nb2




hervé

Le réel émeut
17 Commentaires
  1. la lumière sur le feuillage du premier plan est très joliment saisie et traitée mais la composition générale me semble un peu étriqué …

  2. Assez curieuse car le gros tronc flou semble faire partie du même arbre que le feuillage net du 1er plan. Et c’est ce qui me retient d’adhérer complètement. Néanmoins, je trouve ce cadrage bien fait et restituant bien ces alignements d’oliviers sur sols caillouteux qui jalonnent le pourtour méditerranéen. Elle me fait penser à la vallée de la Buèges.

  3. En terme humain, cela donnerait une chevelure hyper nette
    sur un corps très flou.
    Une étude radicale sur la profondeur du champ d’olivier !
    😉

  4. J’ai hésité à publier l’image plein cadre, le choix à la prise de vue était bien le feuillage (f1,8/50mm) avec ce tronc flou en arrière-plan donc sans doute le cadrage 1×1. Adrien, je te laisse juger de la pertinence du cadrage, les deux images ont un rendu différent.

  5. en général quand on hésite ce n’est pas bon signe…
    à mon avis le feuillage n’a pas assez de force et le reste est flou…je ne trouve pas de sens à cette photo… 😉

  6. Le carré me semble justifié ici. Ouvrir le champ dilue le message …

  7. Étienne c’est aussi mon avis in fine. Le 2e cadrage du vallon est traité de manière plus douce afin de restituer les conditions de lumière de cette fin d’après-midi.
    @Philippe, l’hésitation me semble toujours un bon signe celui que rien n’est acquis dans une démarche a fortiori artistique, tourner autour d’un sujet avant de déclencher, chercher le rendu final au moment du “développement”…
    Quant au sens, je préfère qu’il n’y en ait pas à un qui soit trop évident. 😉

  8. En effet lors de la prise de vues il faut tourner autour du sujet et l’on est jamais sûr du résultat. Ensuite une fois que j’ai un choix à faire pour sélectionner celle de la série que je vais conserver il vaut mieux qu’il y en ait une qui s’impose. si ce n’est pas le cas c’est plutôt mauvais signe. Par contre une photo sans sens je ne vois pas l’intérêt. Bon après on peut toujours se réfugier derrière une démarche soit disant atissssstique. Ce qui n’est certainement pas ton cas. Peux tu m’expliquer le sens de cette photo qui ne m’apparaît pas? 🙂

  9. Quand je parle d’absence de sens, je veux dire dont le sens ou la perception n’apparaît pas évidente d’emblée.
    Si la photographie ne montre que ce qui communément connu elle n’apporte que peu de chose au lecteur, si elle reflète la vision particulière de l’auteur (sa perception du monde) elle a sans doute plus d’intérêt.
    Cette image pour la beauté du feuillage de l’olivier, une matière au rendu difficile, un tronc en trompe l’œil pour interroger, juste une image simple et paisible c’est la perception que j’en ai.

  10. Pour moi la version carrée est nettement plus intéressante.On y passe du flou au net sans problèmes et la lumière est superbe .
    Une photo très douce et reposante,propice à l’écriture d’un Haïku, mais hélas peu de temps en ce moment…

  11. “une image simple et paisible c’est la perception que j’en ai.”
    “Si la photographie ne montre que ce qui communément connu”

    ouais…pas convaincu…c’est un peu court je trouve…

    mais c’est comme une autre photo parue récement…la cascade avec un temps de pose long…

    çà peut en épater qqs uns…mais bon…vu…revu…et archi revu… 😉

  12. Philippe, je n’avais pas la prétention de te convaincre !
    Mais c’est bien de “t’entendre” commenter les photos. 😉

  13. Henri nous avons ici la même sensation discrète.

  14. ok hervé…bonne continuation… 😉

  15. Le sens est une chose qui peut être importante mais il me semble que l’émotion que peut susciter une image (une oeuvre d’art en général) est encore beaucoup plus important. Mais ce n’est que mon avis … que je n’hésite pas à vous faire partager ! 😉
    Quand une image est particulièrement belle, l’analyse passe au second plan, il me faut un peu de temps pour sortir de cet instant magique de la découverte avant d’essayer de comprendre et d’expliciter le pourquoi de cet émoi. Lisez les commentaires sous les meilleures images parues (par exemple) sur “la vie en gris” ! Au début, peu d’analyse, juste des exclamations ! Les éléments de compréhension mettent un certain à apparaître.

  16. Bien d’accord Étienne ce sont bien des émotions qui doivent être traduite avec des outils à choisir, maitriser, pourquoi pas transformer ou adapter a sa sensibilité et cela tout au long de la chaîne de production, une route sans fin.
    Un site comme LVEG permet de s’exposer (càd encourir le jugement d’autrui, mais aussi de mieux se voir) en noir & blanc qui est la matière originale devenue particulière et d’être critiqué.
    Enfin les tomates sont cruelles mais nourrissantes. 😉

  17. la photographie est suffisamment multiple pour satisfaire ceux qui cherchent du sens (photos de rue, de guerre, photo sociale), ceux qui cherchent l’émotion de la beauté (expo Harry Gruyaert…), le jeu des formes, des lignes, et j’en passe. On n’est pas obligé d’être sensible à tout, et il est bien difficile de faire partager son goût !
    J’aime beaucoup ce arbre (en carré), où la profondeur de champ fait ressortir d’une façon originale le feuillage. Mais il est vrai que le feuillage des arbres me touche depuis des années.

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.